Frédéric Brochard (France24) : "France 24 livre rapidement du contenu à de nouveaux partenaires"

La chaîne d'informations en continu a développé sa propre plate-forme de VoD pour délivrer en moins de 15 minutes du contenu vidéo sur ses sites Web, tiré de ses émissions, sans la moindre intervention humaine.

 Comment est né votre projet de plate-forme Vod au sein de France 24 ?
 Le besoin s'est créé au tout début de l'année 2006, pour accompagner le lancement de la chaîne la même année en décembre. Il fallait automatiser la mise en ligne de vidéo sur notre plate-forme Vod, de manière à limiter voire totalement supprimer les tâches manuelles. Nous avons commencé par une méthode simple qui consistait à enregistrer les émissions à l'antenne et à les découper manuellement pour prendre un dialogue qui nous intéressait tout particulièrement. Mais ces étapes restaient manuelles et répétées à un rythme quotidien.

Nous avons donc contacté au début de l'année 2008 la société Mediatvcom. L'objectif était d'arriver à découper l'antenne à partir d'un enregistrement, de transcoder le contenu puis de le publier automatiquement, que ce soit sur notre site Web classique ou sur la partie Web mobile. Ce contenu est ensuite distribué à nos partenaires dans les différentes langues de la chaîne : anglais, arabe et français. Aujourd'hui, nous sommes parvenus à une solution entièrement automatisée. Nous décidons juste avec nos partenaires du format des vidéos au début. Cela nous permet de publier plus de vidéos qu'avant.

Quelle solution avez-vous choisie et pour quelles raisons ?
Nous avons regardé les outils présents sur le marché, et avons choisi de réutiliser ce qui se faisait déjà pour ne pas avoir à repartir de zéro. L'outil devait se caler sur l'antenne et ne pas toucher aux enregistrements. Il devrait être également capable de piloter et paramétrer les productions Vod, et d'offrir un niveau administrateur et utilisateur. La plate-forme fonctionne sur la base d'un processus entièrement numérisé, sans utilisation de cassettes. Elle traite aussi bien les sujets réalisés par les régies antennes que les productions isolées AVID. Elle gère le transcodage, les méta-données, et la livraison des sujets vers les destinataires.

Aujourd'hui, nous sommes capables de publier entre 300 et 400 sujets par jour, dans toutes les langues de France24 et dans tous les formats souhaités. La plate-forme travaille directement à partir des informations qu'elle extrait des automates de régie. Un serveur de stockage est utilisé de manière à réaliser les étapes intermédiaires précédent la livraison des vidéos. Une fois diffusée, l'émission est disponible en Vod 12 à 15 minutes après, en ligne. Cette réactivité est très importante dans notre contexte de chaîne d'informations en continu. France24 peut en quelques minutes livrer du contenu à de nouveaux partenaires, sur la base de fichiers XML génériques.

Quel bilan faites-vous de ce projet ?
L'outil est très puissant, mais aussi très simple dans sa conception. C'est ce qui nous a permis d'être opérationnel rapidement et d'être fiable. Nous n'avons pas construit une usine à gaz, bien au contraire et cela colle bien avec la taille de notre société. Il était important d'avoir un partenaire pour construire cette architecture robuste. Maintenant, nous disposons de plusieurs axes de développement : publier des sujets qui n'ont pas encore été diffusés à l'antenne, distribuer plus de contenu par jour... Je pense que nous n'en sommes qu'au début en terme de distribution, la plate-forme pourrait encore monter en charge.

La Vod est un élément indispensable pour France24. Nous ne sommes pas une rédaction papier comme Le Monde par exemple. Notre métier consiste à produire de la vidéo, et donc à la rendre disponible sur le plus de support possible derrière : télévision, Internet, et demain peut-être d'autres supports. Ce n'est pas pour être présent sur le Web ou être branché que nous possédons notre plate-forme Vod, mais bien pour répondre à notre politique de distribution des contenus multi-formats.

 

Olivier Julien, président de Mediatvcom, a également participé à cette interview.

 

FRANCE 2