Il y a 5 ans : Microsoft lançait Windows Server 2003

Toutes les semaines, retour sur un événement marquant de l'actualité de l'industrie informatique & télécoms d'il y a 5 ans.

L'édition 2003 du fameux système d'exploitation apportait son lot d'améliorations et de nouveautés. La principale d'entre-elles ? Elle concernait l'intégration de l'infrastructure .Net au noyau de l'OS.

Au-delà de cette brique qui devait permettre à Microsoft d'entrer de plein pied sur le segment des serveurs d'applications, les avancées de Windows Server 2003 se concentraient autour de deux domaines principaux : les fonctions d'infrastructure d'une part, les services aux utilisateurs finaux d'autre part. Dans leur présentation, les responsables de Microsoft insistaient sur les capacités du nouvel environnement en matière de consolidation de parcs de serveurs NT existants.

Plusieurs évolutions étaient à l'origine de ces gains de performance : en premier lieu, la mise en oeuvre d'un nouveau mécanisme d'administration des ressources machine. Il avait pour but d'allouer un certain pourcentage de CPU à telle ou telle tâche (processus, etc.) en fonction de sa criticité. Autre avancées: l'apparition de services pour prendre en charge à distance l'installation et le paramétrage complets d'une nouvelle machine (serveur Web, contrôleur de domaine, etc.).

Dans cette édition, Microsoft n'oubliait pas les utilisateurs finaux et leurs enjeux professionnels au quotidien. Planning, gestion de tâches, etc. Windows Server 2003 inaugurait par exemple une série de dispositifs Web, livrés en standard, dessinés pour gérer des projets ou tout autres champs de travail nécessitant l'exploitation d'outils collaboratifs (réunions, etc.). Une suite (Windows SharePoint Services) qui s'accompagnait en outre d'un module de messagerie instantanée, intimement intégré aux applicatifs de gestion utilisateur et d'administration des droits (Outlook, Active Directory, etc.).

Enfin, avec Windows Server 2003, les pertes de contenus dues à une mauvaise manipulation côté client devaient désormais pouvoir être évitées: le serveur avait en effet été doté d'un système de stockage supplémentaire conçu pour retrouver un ou plusieurs fichiers malencontreusement effacés. Une fonction qui contribueait à simplifier le support utilisateur dans de tels cas de figures.

 

Et aussi du 22 au 29 avril 2003

 

Linus Torvalds se prononçait en faveur du DRM

Linus Torvalds, initiateur au début des années 90 du projet Linux, se prononce - à sa manière - pour l'implémentation de technologies de gestion des droits numériques (DRM) au noyau de l'OS libre. "Je pense qu'on peut utiliser Linux pour tout ce qu'on veut faire... ce qui inclut des choses que je n'approuve pas nécessairement à titre personnel" écrit-il dans un message adressé à la liste de diffusion "Linux-kernel".

Fusion de ScanSoft et SpeechWorks

ScanSoft et SpeechWorks fusionnent : une opération considérée comme une acquisition du second par le premier, et valorisée à environ 132 millions de dollars. La nouvelle entité constituera l'un des plus gros acteurs dans les domaines des technologies et applications vocales.

Le français Activia mis en liquidation

Le français Activia a été mis en liquidation le 11 avril dernier. Spin-off de L'INRIA, cette société s'était spécialisée dans les services réseau de diffusion de contenu sur Internet (CDN). Une technologie qui, rappelons le, assure la réplication de données (Web, vidéo, audio, etc.) sur plusieurs serveurs, rendant celles-ci plus proches des utilisateurs, et donc plus accessible.

Serveurs / 5 ans après