La crise aux Etats-Unis n'épargne pas Sun

Dépendant des Etats-Unis, son premier marché, Sun subit une baisse de 9% de son chiffre d'affaires dans cette région sur 12 mois. Un coup dur, suivi immédiatement par un nouveau plan de rachat d'actions.

Ce n'est pas encore la tempête, mais l'éditeur préfère prendre ses précautions. Sun Microsystems, qui avait commencé à relever la tête, n'a pas pu éviter semble-t-il la crise économique et financière qui traverse les Etats-Unis actuellement. L'éditeur, qui vient de publier ses résultats financiers à l'occasion de son exercice fiscal 2008, affiche une baisse de 73% de son bénéfice au cours de quatrième trimestre 2008, et alerte ses actionnaires sur les résultats à venir.

En cause, selon le directeur financier du groupe, la structure même de la clientèle de Sun : des grands comptes des secteurs de la banque, de la finance, des administrations et des télécommunications. Hors ces clients cherchent à l'heure de la crise à réduire leurs investissements informatiques. Pour faire passer l'orage, Jonathan Schwartz, le P-DG actuel du groupe, mise sur les produits Open Source du groupe : MySQL (nouvellement acquis), Java, OpenSolaris, Lustre ou encore ZFS.

Ainsi, le P-DG déclarait que les ventes de MySQL ont progressé de 44% sur le dernier trimestre fiscal de Sun, de même que celles d'OpenSolaris ont atteint plus de 60% de croissance. Coté serveurs, Sun dispose également de produits d'entrée de gamme, que ce soit les puces Opteron d'AMD ou ses propres solutions Niagara susceptibles de séduire des clients avides de réduction de budget.

Un peu d'espoir donc pour Sun, tandis que les chiffres ne sont pas encore alarmants. En effet, sur l'ensemble de son exercice fiscal 2008, Sun Microsystems publie un chiffre d'affaires de 13,88 milliards de dollars, quasi stable (+ 0,1 %) par rapport aux résultats de l'année précédente. Cette faible croissance s'accompagne d'un résultat net toujours élevé : 403 millions de dollars, mais en baisse comparé aux 473 millions de dollars dégagés en 2007.

Une croissance très faible, enrayée par la situation aux Etats-Unis

Cependant, au quatrième trimestre de son exercice 2008, Sun a réalisé un bénéfice de 88 millions de dollars, une différence énorme par rapport aux 329 millions de dollars de bénéfices obtenus il y a un an. A noter toutefois que l'entreprise dégage 1,3 milliard de dollars de disponibilités sur son exercice fiscal 2008, portant sa trésorerie à 3,3 milliards de dollars. Elle n'est donc pas encore dans le rouge.

Le bilan se confirme par région. Ainsi, si les Etats-Unis constituent encore la majorité des revenus de Sun (38%), c'est aussi la zone géographique la moins dynamique (-9% en chiffre d'affaires). L'Europe semble pour le moment épargnée (37% du CA de Sun, pour une croissance de 4% en 2008). Le continent américain, hors Etats-Unis, totalise quant à lui une croissance de 19%, mais ne représente que 8% des revenus. L'Asie reste stable à 17% du CA total.

A l'heure de la concentration du secteur, Sun, affaibli, ne veut pas subir d'électrochocs boursiers, voire de tentatives d'OPA. En conséquence, le groupe a poursuivi son plan de rachat d'actions, utilisant au 4e trimestre 2008 quelques 464 millions de dollars pour acquérir 35,7 millions de ses titres. Il lui reste 36 millions de dollars à investir pour conclure son plan initial de rachat d'actions pour 3 milliards de dollars.

Et les dirigeants n'en resteront pas là puisqu'ils viennent de voter un plan supplémentaire à hauteur d'un milliard de dollars. Déjà touché par des licenciements à hauteur de 2000 salariés, Sun Microsystems pourrait être amené à procéder à de nouvelles coupes d'effectifs si les projets de ses clients ne se débloquent pas dans les mois à venir.

Serveurs / Etats-Unis