Microsoft lève le voile sur ses projets pour 2007-2010

A l'occasion des TechDays, l'éditeur a donné ses grandes orientations : traitements d'images, réalité augmentée, virtualisation. Un concentré de ce qui vous attend peut-être pour 2010.

A l'occasion de son salon professionnel TechDays, qui s'est tenu à Paris au Palais des Congrès du 11 au 13 février,Microsoft vient de dévoiler quelques unes de ses grandes orientations en matière de recherche et développement pour les années à venir. Une stratégie qui se veut agressive sur le Web, mais qui reste confuse concernant les interfaces hommes-machines de demain.

Ainsi,par la voix de son directeur technique, Bernard Ourghanlian,Microsoft a donné quelques points clés sur l'évolution de sa plate-forme Windows. L'évolution du marché,portée par AMD et Intel, vers les solutions multi-coeurs implique de la part de Microsoft un effort en matière de programmation parallèle. Sauf que l'éditeur constate qu'il n'est pas possible d'optimiser à fond son code,puisqu'il est tout simplement difficile pour un développeur de penser à la parallélisation des tâches.

Pour tirer tout de même profit de cette puissance de calcul,Microsoft envisage deux améliorations possibles. La première concerne l'utilisation de méta-langages. Ces langages de programmation masqueraient en fait les langages de développement traditionnels pour présenter le résultat sous forme de schémas graphiques et non de lignes de texte. Les DSL,utilisés par la Marine Nationale qui en faisait la démonstration pendant le salon, montre le chemin.

A l'image d'un diagramme UML, l'information est présentée sous l'angle métier directement à l'utilisateur qui peut ensuite dialoguer et faire remonter plus facilement ses souhaits aux développeurs. Outre l'avantage de donner plus d'idées aux solutions métiers, ce genre d'environnement de développement permet d'enrichir au fur et à mesure l'application, soit en touchant à la partie design, soit en modifiant directement le code. Une stratégie qui ressemble en partie à ce que propose IBM avec Rational Rose.

L'autre créneau pour tirer partie de la montée des processeurs multi-coeurs consiste à s'appuyer sur la virtualisation. Et dans ce domaine, Microsoft vient de signer un partenariat ambitieux avec Citrix. Doté de son produit Hyper V, couplé à SQL Server 2008, il sera possible d'encapsuler des applications dans une bulle virtuelle pour : soit les exécuter comme élément distinct du système d'exploitation (dans le cas de problématique de compatibilité applicative), soit d'en déporter l'exécution sur un serveur distant tout en conservant la partie présentation sur le poste client (virtualisation de présentation).

Bernard Ourghanlian a également indiqué que Microsoft avait dans son sac deux autres projets à moyen terme. Tout d'abord,rendre Windows plus modulaire, ce qui est déjà le cas sous Windows Server 2008, où l'on peut à l'instar d'un serveur Apache, choisir quels sont les fonctionnalités qui nous intéresse et n'installer que celles-ci. En partant de ce Windows plus modulaire, l'éditeur souhaite également fournir un Windows minimaliste, dépourvu par exemple d'Internet Explorer. Reste à savoir de quelle manière ce Windows serait commercialisé, et s'il s'adresse au marché du poste client ou à celui des serveurs.

Moins appliqués, les recherches portant sur l'ergonomie et les interfaces hommes-machines n'en sont pas moins prometteuses. La deuxième version de Surface, la tablette graphique de Microsoft a ainsi été dévoilée lors du salon. Cette nouvelle version se base sur une technique simple : des capteurs infrarouges placés derrière des écrans standards, capable de traverser la fine couche des LCD pour venir analyser ce qui se trouve derrière.

Il en résulte un écran capable de scanner des documents,puis de les retranscrire en format numérique que l'on pourra agrandir au besoin, mais aussi de poser un objet cylindrique et de s'en servir comme bouton de volume. Le téléphone portable, la main, un pinceau... a priori, le capteur pourrait associer une forme à un objet puis à une fonction.C'est en tout cas l'objectif à long terme, puisqu'en interne,une industrialisation de ses travaux de recherche n'est pas prévu avant 5 à 10 ans.

De même, Microsoft travaille sur le concept de réalité augmenté. L'idée étant d'être capable de marier réel et virtuel en même temps. Les exemples qui ont été présentés montraient par exemple une conférence Web où l'un des deux intervenants manipulait un document, et son interlocuteur voyait ses mains faire les manipulations en questions.

Dans le domaine du Web et de l'image, deux projets sont à l'honneur : HD View et PhotoSynth. Le premier est un logiciel capable de traiter des formats image très lourds (de 100 Mo à 5 Go). Il propose pour cela plusieurs niveaux de zoom dans l'image,pour lesquels le contenu est à chaque fois calculé au moment où l'utilisateur le demande, sur le principe de Google Earth.

Le second PhotoSynth est plus intéressant. Il recueille une collection de photos sur un même sujet, et propose d'explorer un monument, une rue ou une ville en réalisant un parcours reliant les photos entre elles (ex : en cliquant sur une rue, vous avancez dans celle-ci en affichant une autre photo qui poursuit la rue). Ce logiciel s'appuiera sur des banques d'images publiées sur Internet.

Enfin,Microsoft a dévoilé l'un des résultats de son partenariat avec l'INRIA. L'INRIA travaille notamment sur la manière de pouvoir, à partir de photos d'un lieu, d'un objet ou d'une personne, reproduire celui-ci en 3 dimensions, puis s'en servir comme un avatar virtuel. Un domaine qui intéresse Microsoft à la fois pour Virtual Earth, mais aussi pour son activité Xbox notamment.

Serveurs / Microsoft