Altran : une assemblée générale sous haute tension

Le tribunal de commerce de Paris a ordonné la nomination d'un mandataire de justice pour éviter tous risques de dérapage. L'éviction du P-DG du groupe Yves de Chaisemartin n'est pas automatique.

Le fonds de capital-risque Apax Partners via Altrafin Partications, qui affiche 19,2% du capital et 31,5% des droits de vote d'Altran, a annoncé fin avril sa volonté de remplacer le P-DG de la SSII Yves de Chaisemartin par Philippe Salle. Depuis, la tension n'a cessé de monter entre les parties prenantes à la tête du groupe.

L'assemblée générale annuelle d'Altran, qui doit se tenir le 10 juin, va en effet se dérouler sous la surveillance d'un mandataire judiciaire afin de veiller à son bon déroulement et éviter tous risques de conflit d'intérêts.

Cette décision intervient une quinzaine de jours après l'assignation du fonds Apax devant le Tribunal de commerce de Paris par l'actuel P-DG pour droit de vote double illicite. Yves de Chaisemartin tenterait par ailleurs un coup de poker en proposant, selon l'Usine Nouvelle, de faire monter à 13 le nombre d'administrateurs. Le dirigeant souhaiterait donner un coup d'accélérateur à la restructuration en cours chez Altran dont le dernier acte remonte à la semaine dernière avec l'annonce de la cession des activités brésiliennes du groupe.  

Juridique / SSII