Intranet-Extranet > Chat > Open Wide
Chat
 
06/09/2007

Patrick Bénichou (Open Wide) : "La France a fait preuve de volontarisme en matière de logiciel libre"

Open Source, relations avec les communautés, Microsoft, ISO, SSII vs. SSLL ; Patrick Bénichou, Directeur Général et Pierre Ficheux, Directeur Technique de Open Wide répondent aux internautes.
  Envoyer Imprimer  

 
Patrick Bénichou et Pierre Ficheux (Open Wide)
 
 
  • Patrick Bénichou est Directeur Général de Open Wide
  • Pierre Ficheux est Directeur Technique de Open Wide
 

Open Wide se décrit comme un architecte et un intégrateur Open Source. Comment définissez vous ces deux métiers ?

Patrick Bénichou : L'intégration consiste a assembler des briques open source existantes avec pour finalité de répondre à un besoin client. Il va de soi que l'on ne peut concevoir l`intégration sans une vue et un plan d`ensemble de la construction. C'est la phase d`architecture. Celle-ci est fondamentale pour la qualité et la maintenance de l`édifice.

Je suis DSI d'une société (550 PC, 20 serveurs), je suis full Windows. Je me pose la question de passer sur des infrastructures Open Source. Par où commencer ?

Patrick Bénichou : Pourquoi ne pas commencer par l'utilisation de logiciel libre...sous Windows?

J'anime une équipe de développeurs au sein d'un grand groupe. Nous basons certains développements sur des briques libres. Est-ce que je dois systématiquement tout reverser à la communauté ?

Pierre Ficheux : Ce n'est pas une obligation dans la majorité des cas. Exemple: en licence GPL (très fréquente) on doit publier le code dérivé de code GPL mais c'est limité aux utilisateurs recevant la version binaire du programme.

Quel est votre avis sur l'accord Novell entre Microsoft ? Est-ce bon pour l'Open Source ou Microsoft cherche t-il à faire une "OPA" sur le Libre ?

Pierre Ficheux : Personnellement je pense que c'est plus un effet d'annonce et aubaine marketing pour les 2 entreprises...sans véritablement d'implications directes, sauf peut être aux USA...

 
Photo © Journal du Net / Agathe Azzis
 

L'Open Source, est-ce que c'est vraiment plus sécurisé que les technologies propriétaire ?

Pierre Ficheux : Pas réellement mais l'avantage de l'Open Source est que l'on peut chercher (et corriger) les erreurs dans le code source...sans oublier la notion de contribution, presque inexistante dans le logiciel propriétaire

Les offres de BI Open Source sont-elles mures ?

Patrick Bénichou : De nombreux modules deviennent fiables et utilisables en production. On peut mentionner les outils d'ETL, les outils de reporting et de tableau de bords notamment. En revanche les framework complets n'ont pas à ce jour la complétude ou le niveau d'industrialisation des meilleures solutions propriétaires.

Qu'en est-il des ERP et du CRM Open Source ?

Patrick Bénichou : Je ne traiterai pas les deux sujets sur le même plan. Les solutions de CRM qui ont une portée plus retreintes au sein du SI me semblent plus à même de répondre à des besoins en entreprises. Le déploiement d'un ERP est en soit un projet très complexe (tant en grande entreprise qu'en PME) et la variété des solutions open source pour répondre aux nombreux enjeux métier ne me semble pas encore suffisante.

Que de chemin parcouru pour Open Wide...comment avez-vous vécu l'aventure OS depuis 2001?

"Notre métier n'a cessé d'évoluer de façon très significative en 6 ans" (Pierre Ficheux)

Patrick Bénichou : Très bien, merci ! En fait notre métier n'a cessé d'évoluer de façon très significative en 6 ans. Nous sommes passés de spécialistes de l'Open Source très "transverses" à un métier d'intégration de plus en plus pointu, donc sur des domaines plus spécialisés.

En quoi l'Open Source est-il un modèle garantissant mieux la qualité et la continuité de services que les éditeurs propriétaires ? L'incertitude sur un prochain Eclipse en français ne démontre-t-il pas qu'il n'y a pas de supériorité intrinsèque du modèle de ce point de vue ?

Pierre Ficheux : Un projet open source ne peut "disparaître" car les sources restent "éternellement" disponibles (la licence l'oblige le plus souvent). Dans le cas du logiciel propriétaire le source peut être "séquestré" par exemple pour des raisons juridiques (faillite de l'éditeur, etc.). Le problème "d'Eclipse en français" ne me parait pas être majeur.

Avec l'arrivée de Vista, avez-vous observé une croissance de la demande en matière de PC sous Linux / OpenOffice ?

Pierre Ficheux : Nous travaillons peu sur les solutions bureautique ou "poste de travail" donc Vista a peu d'influence sur notre marché. Cependant, mon expérience personnelle sur Vista m'incite à penser que les utilisateurs demanderont de plus en plus une alternative.

La France vient de dire non à l'OpenXML de Microsoft. Qu'en pensez-vous ?

"Le lobbying de Microsoft me semble assez scandaleux" (Patrick Bénichou)

Patrick Bénichou : J'en suis plutôt satisfait car je ne pense pas utile d'avoir 2 standards ISO sur le sujet. De plus le lobbying de Microsoft me semble assez scandaleux si l'on prend les informations de la presse comme argent comptant.

Les solutions Open Source oui ! J'y suis très favorable et j'essaie de les promouvoir autant que faire se peut. Toutefois, une raison récurrente à ne pas s'engager sur cette voie est le changement de version incessant sans évoquer parfois les nouvelles orientations prises tant du point de vue IHM que des API et autres composants centraux "core". Qu'en pensez-vous ?

Patrick Bénichou : C'est là que le travail d'architecture en amont prend tout son sens. Nous avons dans notre métier un devoir de conseil permettant de trouver les meilleurs compromis entre les demandes spécifiques de nos clients et le respect de l'architecture d'un code en vue de ses évolutions ultérieures.

Monsieur Bénichou, avec votre expérience et votre passage au sein des plus grandes sociétés de services pourquoi avoir choisi (avec succès) la voie de l'Open Source ?

Patrick Bénichou : Tout simplement parce que depuis longtemps je faisais la promotion d'une voie médiane entre le tout spécifique et la rigidité du progiciel. L'intégration de briques Open Source m'a semblé une voie prometteuse et la promesse semble tenue.

 
Photo © Journal du Net / Agathe Azzis
 

Parlez-nous de votre expérience "Thalès"...

Patrick Bénichou : Mon expérience chez Thalès m'a apporté le goût de la rigueur de la démarche industrielle. Nous essayons au sein d'Open Wide d'utiliser cette démarche méthodologique qui permet de garantir la qualité du résultat et des délais.

Comment se passe la collaboration avec une communauté ? Comment y entrer ?

Pierre Ficheux : il y a différents rôles dans une communauté...On peut y entrer par la manière classique (contribution au développement) ou bien promouvoir le projet dans une offre...tout est possible à partir du moment ou l'on respecte les règles du logiciel libre !

Si j'utilise un produit Open Source, quel est mon niveau de dépendance vis à vis des communautés du libre ?

Pierre Ficheux : Il fut autrefois très important, des sociétés de services comme Open Wide sont là justement pour limiter les risques en filtrant les aléas de la communauté et en garantissant un support formaté aux règles de l'industrie.

De grandes SSII se mettent au Libre via des départements spécifiques. Les SSLL doivent elle craindre cette concurrence ?

"Nous gagnons aujourd'hui la plupart de nos projets contre de grandes SSII" (Patrick Bénichou)

Patrick Bénichou : Il est clair que cette concurrence est à prendre en compte. Nous y répondons de deux façons. D'une part en gardant une part de R&D et de veille importante (d'expérience l'exercice est mal aisé en SSII), d'autre part une spécialisation qui permet de capitaliser, donc d'améliorer notre compétitivité et notre crédibilité sur les projets. Nous gagnons aujourd'hui la plupart de nos projets contre de grandes SSII...

Quel est le bilan général de l'Open Source dans les différentes administrations et ministères en France ? Quelles sont les politiques du gouvernement Sarkozy à ce sujet ?

Patrick Bénichou : Sans que l'Open Source soit imposé (ce qui me semble une bonne chose) la France a fait preuve depuis 2000 environ d'un volontarisme en matière de logiciel libre qui a porté ses fruits dans les ministères et les collectivités. Exemple, les initiatives du ministère des finances ou de la justice. En ce qui concerne les politiques du gouvernement Sarkozy, il me semble encore un peu tôt pour porter un jugement mais je crois que le débat autour de la loi DADVSI n'est pas clos...

Bien souvent l'Open Source est "compris" par le consommateur comme vecteur de produits gratuits (exemple Linux). Quel est votre sentiment ?

Pierre Ficheux : C'est dû en partie à la confusion entre "libre" et "gratuit" en anglais (free= libre mais free= gratuit). N'oublions pas non plus la nature humaine qui a tendance à vouloir obtenir un maximum de services "gratuits". Cependant, les choses évoluent (heureusement) et les professionnels savent aujourd'hui que les avantages du logiciel libre vont bien au delà de la gratuité et que l'on doit également payer pour que les modèles économiques du libre fonctionnent.

Beaucoup d'entreprises hésitent encore à passer au libre faute de support ou plutôt de n'avoir personne vers qui se tourner en cas problème. Qu'en pensez vous ?

Patrick Bénichou : C'est la vraie bonne question, il y a désormais de vraies bonnes réponses. Plus sérieusement l'avènement du modèle éditeur Open Source répond à cette préoccupation légitime. Le couple intégrateur/éditeur prend alors tout son sens sur le sujet.

Quel est le rôle des fondations (FSF, Mozilla) dans l'univers du libre ?

"Mozilla est dérivée de l'ancienne société Netscape Communication" (Pierre Ficheux)

Pierre Ficheux : Ces 2 fondations sont très différentes: la FSF est à l'origine de la licence GPL, la plus utilisée dans le monde Linux...et de ce fait elle influence indirectement ou non un grand nombre de projets. Mozilla est dérivée de l'ancienne société Netscape Communication qui poussée à la faillite par Internet Explorer a préféré libérer son code que de l'enfermer dans une procédure juridique. C'était un bon choix puisque Firefox grignote peu à peu les parts d'Internet Explorer. Mozilla est donc liée a un nombre beaucoup plus réduit de projets (Firefox, Thunderbird..).

Est-ce que la Téléphonie sur IP Open Source est fiable maintenant?

Pierre Ficheux : Le sujet est vaste. Il existe des "clients" Linux pour les principales solutions de téléphonie IP (exemple: Skype). Cependant il faut reconnaître que les technologies VoIP les plus efficaces (ex: Skype encore) sont propriétaires.

Qu'est ce que l'Open Source ? Qu'est ce que l'on paye quand on achète un produit Open Source proposé par Open Wide ?

Pierre Ficheux: Un logiciel open source est identifié par les critères définis sur http://www.opensource.org.

 
Photo © Journal du Net / Agathe Azzis
 

Patrick Bénichou : Au plan économique, la différence fondamentale est que lorsque vous achetez quelque chose chez Open Wide, vous achetez un service et non un droit d'usage pour un logiciel.

Vous avez participé aux dernières RMLL. Pourquoi cet investissement ? Quel était l'objet des débats que vous animiez ?

Pierre Ficheux : la participation à des manifestations communautaires est une nécessité absolue pour les SSLL sérieuses...elle l'est également pour les développeurs, dont je fais (encore) partie. J'animais les débats autour du logiciel libre dans les solutions industrielles embarquées.

 
En savoir plus
 
 
 

Des produits comme Firefox et Thunderbird ont en effet le vent en poupe et s'accaparent une bonne part du marché. Toutefois, cette part doit être considérablement pondérée par les versions Windows. Gnu/Linux quant à lui semble plafonner. Quel support (marketing, pub, etc) lui manque t-il pour trouver un écho plus large ?

Patrick Bénichou : Je suppose que vous parlez du poste de travail. Je pense que sur ce plan, plus que le marketing celui-ci doit encore gagner en simplicité bien que des progrès considérables aient été fait avec des distributions comme Mandriva ou Ubuntu. Il me semble que nous ne sommes plus très loin d'une accélération de l'histoire dans ce domaine.

Pierre Ficheux : merci de votre écoute et à bientôt !

Patrick Bénichou : A bientôt et à votre disposition pour parler librement !


Envoyer Imprimer Haut de page