AMD dans la spirale infernale des pertes

Le mauvais sort continue donc de s'acharner sur le groupe. En enregistrant pour la septième fois consécutive de lourdes pertes trimestrielles, le fondeur américain peine à voir le bout du tunnel.

 

Cette fois-ci, l'addition s'avère particulièrement salée pour AMD avec, au deuxième trimestre 2008, un résultat net cloué dans le rouge à -1,19 milliard de dollars, et des pertes multipliées par 2 sur 1 an, à près de 2 dollars par action.

L'autre nouvelle inquiétante est venue du chiffre d'affaires du groupe, qui n'a pas pu franchir le cap du 1,35 milliard de dollars là où les analystes s'attendaient plutôt à un chiffre d'affaires de plus d'1,45 milliard de dollars. Malgré tout, sur 1 an, ce dernier est quand même parvenu à grappiller 3%.

Mais comme si les mauvaises nouvelles financières ne suffisaient pas, c'est également du côté du management et de la direction générale que le couperet est tombé. Et pas sur n'importe quelle tête : ni plus ni moins celle d'Hector Ruiz, cramponné à ses responsabilités de P-DG du fondeur californien depuis 6 ans qui a fini par jeter l'éponge face à l'ampleur du désastre.

Et si de source interne il est dit que la transition se préparait de longue date, d'aucuns diront que la publication de cette nouvelle série de mauvais résultats aura servi de déclencheur à l'annonce de ce départ.

Un départ qui signe donc la fin d'une ère chez AMD, même si le vétéran Ruiz s'est vu proposer d'autres responsabilités au sein du groupe. Soutenue notamment par le conseil d'administration, sa candidature a en effet été retenue pour occuper la fonction de président du comité exécutif.

 

AMD collectionne les pertes trimestrielles depuis 3 ans
TrimestreChiffre d'affaires (milliard de dollars)Résultat net (milliard de dollars)
Source : Journal du Net
Q2 20081,35- 1,19
Q1 20081,5- 0,36
Q4 20071,8- 1,77
Q3 20071,6- 0.39
Q2 20071,3- 0,6
Q1 20071,2- 0,61
Q4 20061,8- 0,57

Pour succéder à Hector Ruiz à la tête du fabricant de microprocesseurs, il faudra désormais compter avec le nouvel homme fort du groupe, Dirk Meyer, anciennement président et directeur opérationnel d'AMD, qui avait rejoint l'entreprise en1995. Des reins solides ne seront en tous cas pas de trop pour supporter le poids d'un contexte de marché douloureux pour le fondeur qui l'amène aujourd'hui à faire preuve d'une haute dose de pragmatisme.

"Nous avons connu un deuxième trimestre décevant sur le plan des performances financières, à la lueur des conditions macroéconomiques difficiles, nous allons rester concentrés au second semestre sur la rentabilité à l'opérationnel ", a ainsi indiqué Robert Rivet, directeur financier d'AMD au détour d'un communiqué de rigueur.

Coincé entre des pertes sans fond et sans fin, un management en cours de reconstruction - la valse des dirigeants ayant débuté en avril dernier avec la démission de Phil Hester, le directeur technologique du groupe - et un plan de restructuration qui l'a amené à remercier 1 700 personnes (10% de sa masse salariale), AMD pourrait tout de même finir par sortir la tête de l'eau.

Une lueur d'espoir provenant de ses nouveaux poulains aux noms de codes Istanbul et Magny-Cours, des processeurs respectivement dotés de 6 et de 12 cœurs, prévus à horizon 2009-2010. En espérant d'ici là que le géant AMD soit parvenu à enrayer sa série de funestes records.

AMD / Chiffre d'affaires