Stéphane Persyn (Fluke Networks) : "Nous offrons une vue agrégée sur la performance réseau, serveur et applicative"

En jouant sur l'interopérabilité et une plate-forme matérielle et logicielle, Fluke Networks souhaite se distinguer des poids lourds du secteur. Et adresse aussi bien les grands comptes que les PME.

Qui est Fluke Networks et sur quels marchés vous positionnez-vous ?
A l'origine, la société issue de l'entreprise Fluke qui était spécialisée dans les tests et les mesures industrielles. En 1993, Fluke a créé une division réseau, qui est ensuite devenue une société à part entière, indépendante de Fluke. Entre temps, nous avons été rachetés par le fonds d'investissement Danaher. Fluke Networks se positionne à la fois comme un constructeur et comme un éditeur de solutions réseaux. Nous réalisons un chiffre d'affaires de 340 millions d'euros en 2006, pour 800 employés.

Nos marchés sont : la certification de câblage, l'analyse de protocoles, l'exploration de réseau, et la détection de problèmes de configuration réseau. Nous proposons des tableaux de bords aussi bien sur la couche physique du réseau, que sur la couche applicative ou sur la couche serveur. Notre valeur ajoutée se situe dans notre capacité à proposer de manière agrégée l'analyse de protocole, l'analyse de la qualité de service applicative et l'analyse de la voix sur IP ou de réseaux WAN.

Aujourd'hui, les métiers de l'informatique se sont segmentés : réseaux, systèmes, applications... Les gens ne se parlent pas forcément entre eux, et pourtant, lorsqu'un incident est signalé par l'utilisateur, celui-ci s'adresse souvent au réseau, qui n'est pas forcément responsable. Il faut être capable de diriger le ticket d'incident à la bonne personne.

Comment fonctionne votre solution de gestion de la performance réseau ?
A chaque acteur du système d'information, nous attribuons une vue propre en fonction des applications auxquelles il a normalement accès et du niveau d'information dont il a besoin. Nous sommes capables de fournir une vue aussi bien technique, via l'analyse de protocole, que des vues statistiques globales sur un mois pour le directeur informatique.

Notre outil Visual Performance Manager 4.0 est capable, à partir de domaines d'application définis par les administrateurs réseaux, d'identifier un problème dans un réseau n-tiers, ou sur une ferme de serveurs dont la charge est automatiquement répartie. Le logiciel va plus loin que l'envoi d'alertes en cas de dépassement de seuil. Il mesure essentiellement la variation du temps de réponse, et non pas le temps de réponse comme une valeur absolue. Cela nous permet de dire lorsqu'un service se dégrade, et dans quelles proportions.

Où se place vos appliances de gestion de la performance réseau ?
Entre les serveurs et les équipements réseaux, ou par mirroring sur les équipements réseaux. Nous sommes capables par exemple de placer une ferme de serveurs Web à part, et de mettre dans une DMZ l'appliance Visual Performance Manager 4.0 avec le back-office du site. En se plaçant entre les serveurs et les équipements réseaux, cela nous permet de capturer tous les paquets, de faire du dédoublonnage et de la priorisation d'applications. Tout cela aussi bien sur réseaux TCP que UDP.

Chaque appliance Visual Performance Manager dispose d'une carte d'acquisition réseau, pour traiter jusqu'à 4 Gbits de données full duplex. C'est le débit maximum de données réseau que nous sommes capables d'analyser, après peu importe si derrière vous avez 5 ou 50 applications.

L'autre avantage de cette configuration, c'est que la carte d'acquisition brevetée Fluke Network effectue elle même une grande part de pré-processing, permettant ainsi une consommation réduite des ressources de l'appliance.

Serveurs / PME