L'ordinateur d'Apollo 11, un exploit technologique Un compagnon obligatoire pour la conquête de l'espace

l'interface et l'ordinateur, soit 32 kilos.
L'interface et l'ordinateur, soit 32 kilos. © Nasa

 

Calculer des trajectoires, des distances, des vitesses, actionner des commandes ; l'ordinateur s'impose dans la course à la lune entre les russes et les américains comme une nécessité dès les années 60. Pour la mission Apollo 11, qui le 20 juillet 1969 allait réaliser l'exploit de permettre à un être humain de fouler le sol lunaire, ce sont deux ordinateurs qui sont embarqués, identiques, un sur le module lunaire, un autre sur le module de commande resté en rotation satellitaire autour de la lune.

Chaque ordinateur pèse 32 kilos. Leur puissance CPU est de 1 MHz, pour une RAM s'élevant à 4Ko et une ROM à 36Ko. Une puissance qui ne laissait pas la place à du code superflu, chaque ligne correspondant à une fonction précise.

Mais l'ordinateur a eu un problème pendant la phase d'alunissage. Il a en effet du rebooter et Neil Armstrong a été dans l'obligation d'alunir de manière manuelle dans les derniers instants de la manœuvre, l'appareil se posant finalement à plus de 6 kilomètres de la cible initiale.

CPU