EMC et la tactique de la croissance externe pour dominer EMC, du matériel au logiciel pour gérer tout le cycle de l'information

Au départ entreprise totalement dédiée au matériel, EMC s'est ensuite diversifié vers le logiciel. C'est à l'aube du XXIe siècle, par une succession d'opérations de croissance externe, d'abord assez discrètes, qu'EMC devient éditeur. Son dévolu se porte d'abord sur des fournisseurs de solutions logiquement complémentaires à son expertise dans le matériel, à savoir des logiciels de gestion de stockage (Softwor, Terascate, CrosStor) ou de contenu (Avalon). EMC annonce déjà alors vouloir qu'un cinquième de son chiffre d'affaires (alors 10 milliards de dollars) proviennent des logiciels. En septembre 2001, Luminate (logiciels de suivi des performances de stockages) est la septième acquisition de logiciels qu'EMC a réalisé au cours des 20 précédents mois.

"Sur le modèle Tivoli"

En 2003, alors que l'archivage des contenus numériques (et surtout les mails), devient une préoccupation majeure dans les entreprises, EMC acquiert Legato Systems et ses solutions de sauvegarde et de récupération des données pour 1,3 milliard de dollars. Jamais les opérations de croissance externe d'EMC n'avaient alors atteint une telle somme.

Veritas Software et IBM, les deux ténors des logiciels de stockage d'alors, commencent à réagir. Taquin, Tucci explique alors que la gamme de ses différents produits de gestion des données, désormais complètes, sera commercialisée "sur le modèle Tivoli", en référence à la gamme d'IBM. Aujourd'hui les deux sociétés sont au coude-à-coude dans pour le leadership sur le marché des logiciels de stockage...

 

usine emc à cork (irlande)
Usine EMC à Cork (Irlande) © EMC

Après le stockage : la gestion de l'information

La même année, EMC met 1,7 milliard de dollars sur la table pour s'offrir l'éditeur de logiciels de gestion de contenu Documentum. EMC annonce alors augmenter son objectif de revenus issus des logiciels : ils doivent représenter le tiers de son chiffre d'affaires dans les 2 ans. L'offre de Documentum vient compléter le catalogue des offres de Legato. EMC est alors en mesure de proposer une offre alliant le matériel de stockage aux solutions logicielles de gestion de tout le cycle de vie des informations (ILM, Information Lifecycle Management), de leur création à leur archivage et restitution, en passant par leur gestion. 

Les acquisitions dans ce domaine se succèdent ensuite, avec les produits Captiva en 2005 (dématérialisation) notamment. L'ILM est alors portée par l'obligation de conserver tous types de documents électroniques, dont le volume croît alors de façon exponentielle. EMC sait en profiter. Tout comme IBM, qui s'offre alors pour cela FileNet et ISS. Big Blue est encore officiellement identifié comme le plus grand concurrent.

Documentum dans le carré des leaders

En 2006, les ventes de matériels EMC représente alors légèrement moins de la moitié de ses revenus, contre 38 % pour le logiciel et 16 % pour les services. Le stockage d'information (matériel, logiciels et services), représente alors encore toutefois 87 % des revenus du groupe.

Aujourd'hui la gestion de contenu et l'archivage ("Content Management and Archiving Business") est l'une des quatre business unit d'EMC.  Pour la septième année consécutive, le Magic Quadrant des éditeurs d'Enterprise Content Management (ECM) de Gartner a placé en 2010 EMC Documentum dans le carré des leaders.

 

antenne indienne d'emc (bangalore).
Antenne indienne d'EMC (Bangalore). © EMC

Stockage / Virtualisation