Une vie d'engagement, à deux

Mais pour relever ces défis, l'homme n'est pas seul. Son épouse, Marie-Véronique Lacaze, est à ses côtés en toutes circonstances. Elle l'accompagne dans ses projets depuis Oléane. "Je suis très mauvais manager, car trop impatient ou pas assez diplomate. Aujourd'hui, c'est elle qui fait tourner Witbe dans ses moindres détails", confie Jean-Michel Planche.

"Je lis et surfe beaucoup, en essayant de laisser une place importante à l'intuition"

Et l'innovation dans tout cela ? Comment Jean-Michel Planche l'intègre-t-il dans ses projets ? "Je lis et surfe beaucoup, et j'essaie de laisser une place importante à l'intuition", déclare-t-il.

Côté loisirs, en sus du vélo, ce sont bien entendu l'électronique, la photo, la vidéo et tout ce qui touche aux nouveaux usages induits par les nouvelles technologies qui occupent une partie du temps libre de Jean-Michel Planche.

"Via la lecture, j'essaie de m'ouvrir à des cultures différentes, comme celle des Asiatiques ou des Indiens, qui ont su développer une approche très différente de la nôtre, notamment dans le domaine de la médecine. Connaître différentes approches d'un même problème peut être très utile", complète-t-il.

marie-véronique lacaze et jean-michel planche
Marie-Véronique Lacaze et Jean-Michel Planche © Benchmark Group / Fabrice Deblock

Mais l'entrepreneur consacre aussi du temps à ses trois enfants, deux garçons et une fille, âgés de 9 à 19 ans, même s'il reconnait que c'est ce qu'il y a de plus difficile. "Le week-end leur est consacré entièrement, ce qui compense nos longues journées de travail en semaine. D'un autre coté, ils voient aussi que l'on n'obtient rien sans un travail acharné", explique Jean-Michel Planche, avant d'ajouter : "Mes enfants sont aussi le meilleur centre de R&D qui soit : en les observant utiliser la technologie, je vois tout de suite ce qui ne va pas".

"Il faut défendre un Internet ouvert, neutre, libre et interopérable"

Ce qui ne va pas, ce sont par exemple les technologies actuelles de filtrage des contenus Internet. "Soit c'est un logiciel sur votre ordinateur qui décide pour vous, soit un système fourni par votre opérateur. Aucune de ces solutions n'est acceptable. Il faudrait que chaque cellule familiale puisse paramétrer comme elle le souhaite les critères qui lui conviennent et que ce système soit collaboratif, c'est-à-dire qu'il puisse servir à d'autres familles", lance Jean-Michel Planche. Derrière cet exemple, se cache en réalité un vrai combat pour qu'Internet reste ouvert, neutre, libre et interopérable.

Pour concrétiser son combat, Jean-Michel Planche a créé la déclinaison française du site "Internet for everyone"

"Il faut qu'Internet soit le plus collaboratif possible, ce qui nous permettra d'opposer un modèle alternatif à des entreprises comme Google qui sont en train de devenir de véritables Big Brother. Sans parler de certains opérateurs d'infrastructure qui risquent de créer un Internet à deux vitesses. Il faut rester très vigilant car ces entreprises sont en train de replier le modèle sur lui-même", tonne Jean-Michel Planche.

Pour concrétiser son combat, et expliquer comme il se doit les enjeux qui y sont liés, Jean-Michel Planche a créé un site dédié. Il s'agit en fait de la déclinaison française du site américain "Internet for everyone". Nulle doute qu'il saura y faire passer un certain nombre de messages, d'autant que sa devise, très forte, est "Never give up" (n'abandonnez jamais).

Autour du même sujet