Virtualisation de serveurs : quelles solutions choisir ? VMware, Microsoft et Citrix, princes de la virtualisation de serveurs

Avec la virtualisation du poste de travail et des applications, la virtualisation des serveurs séduit de plus en plus les directions des Systèmes d'information. Il faut dire que les perspectives de réduction des coûts qui y sont associées (rationalisation du parc serveurs, optimisation du taux d'occupation CPU, administration optimisée, gains de place...) constituent de sérieux atouts.

Sur ce marché, trois acteurs se partagent le gâteau : VMware, Citrix et Microsoft. A eux seuls, ils s'accaparent plus de 80% du marché et ne laissent que les miettes aux autres fournisseurs (Oracle, Novell, Red Hat, Parallels...). La solution de virtualisation de serveur est intimement liée avec un hyperviseur, qui permet de faire l'interface entre le système d'exploitation et le matériel pour gérer tous les accès aux ressources systèmes (RAM, processeurs, stockage...).


Les critères de choix de la virtualisation de serveurs
Source : JDN Solutions
1Pilotes natifs dans l'hyperviseur
2Affectation dynamique des ressources et tolérance de panne
3OS supportés et machines virtuelles par hôte

"Chez VMware, les pilotes sont embarqués nativement à l'hyperviseur alors que ceux de Microsoft et Citrix recourent à une liste tierce de pilotes ce qui, en cas de défaillance de la machine parent, nécessite des réinstallations manuelles de pilotes qui peuvent prendre beaucoup de temps suivant le contexte client", explique Jérôme Marchal, responsable de l'offre virtualisation chez Neurones IT.

"A l'inverse de ses deux principaux concurrents, VMware propose une fonctionnalité pour regrouper un ensemble de machines virtuelles dans une unité logique et d'affecter des ressources à la carte pour des environnements de production et de recette par exemple", poursuit Jérôme Marchal.

Le choix d'une solution de virtualisation de serveur devra également être pris en fonction de la nature de son parc informatique existant. Si elle s'avère très hétérogène et éclectique, la solution de VMware pourra sans doute être à même de mieux répondre aux besoins. "VMware supporte 73 OS différents alors que c'est beaucoup moins pour Citrix et surtout Microsoft", tranche Fabrice Triaux, consultant stockage et virtualisation chez MTI Technology. 

Autre critère à considérer également : la capacité de prise en charge par les solutions du marché d'un nombre maximum de machines virtuelles par serveur hôte - tout comme la mémoire - qui peut se montrer utile en cas de haute volumétrie à gérer. 

Serveurs / Microsoft