En savoir plus
Interview de christian Ollivry, Directeur des relations institutionnelles, Motorola

Le développement numérique de la France est aujourd’hui bien engagé grâce à l’accès à des réseaux mobiles performants et à la boucle locale (ADSL). Mais les besoins globaux en haut débit des citoyens, entreprises et services publics s’accroissent et exigent aujourd’hui du très haut débit.

Or si la densité de population très importante dans les zones urbaines et péri-urbaines permet d’atteindre des coûts de génie civil raisonnables pour la fibre optique et des tailles de cellules réduites qui donnent accès aux bandes de fréquences hautes avec un spectre abondant pour les réseaux mobiles 3G, en revanche, les zones rurales seront a priori exclues de l’accès au très haut débit, ce qui instaurera à l’horizon 2010-2012 une fracture numérique entre citoyens des zones urbaines et citoyens des zones rurales.

Publiée le : 16 novembre 2007