Genymobile : le Français qui veut devenir le Red Hat d'Android Deux dirigeants atypiques et un management hors du commun

A la tête de Genymobile, un duo de fondateurs plutôt atypique. Lui, Arnaud Dupuis, c'est le colosse de l'entreprise. 1 m 96, 120 kg, ancien de l'équipe de France de Judo et pratiquant d'Ultimate Fighting, il est titulaire d'un master en intelligence artificielle. Elle, Angélique Zettor, issue de l'ISC Paris, collectionne les prix de management. 


Un management participatif

Un duo de choc qui a un point commun : tous deux sont passés par la case SSII. "J'avais beaucoup apprécié mes années chez Devoteam, mais j'avais envie de faire quelque chose de différent, faire quelque chose dans la mobilité. Mon background open source m'a poussé à m'intéresser à Android. C'est là que j'ai rencontré Angy et que l'on a créé Genymobile. "

Avant de travailler chez Linagora, Angy, alias Angélique Zettor, a assuré le rôle de présidente du BDE de l'ISC Paris pendant ses études. Un budget conséquent à gérer, de l'ordre de 800 000 €, mais aussi un poste où on doit gérer la motivation d'une équipe sans "l'incentive" du salaire. Lors de cette expérience, elle a développé des méthodes de management participatif très efficaces. "L'idée étant de faire travailler les gens parce qu'ils ont envie de le faire", commente-t-elle.

Et Arnaud Dupuis d'ajouter : "Venant de SSII, j'ai connu tous les travers des modèles pyramidaux où les gens ne sont pas 'empowered'. Nous avons donc travaillé ensemble à mettre en place un management très participatif, y compris pour des décisions très stratégiques de l'entreprise."

Des décisions prises de manière collective

Quelles parties du code faut-il publier en open source ? Quelle doit-être la feuille de route produit, la stratégie en termes de brevets, de distribution de stock options ? Ce sont des décisions qui sont prises de manière collégiale chez Genymobile. Impensable dans l'infime majorité des entreprises françaises et, a fortiori, dans les SSII classiques. "Une réunion de 2 heures est organisée toutes les deux semaines et tous les salariés de l'entreprise sont invités à participer", explique Arnaud Dupuis. "Tout le monde se connecte sur un même compte de conférence vidéo et les décisions sont prises de manière collective. C'est l'un des moyens mis en place afin d'impliquer les gens dans leur travail, et qu'ils aient une véritable capacité d'influencer la marche de l'entreprise."

Autour du même sujet