De retour de la "gSocial2.0 Conference" en Californie, impressions d'un start-uper

Un dirigeant de start-up livre son sentiment après avoir participé à la conférence gSocial 2.0 qui vient de refermer ses portes en Californie. L'occasion de comparer avec son expérience française en la matière.

La seconde édition de gSocial 2.0 s'est tenue les 12 et 13 novembre 2012 à Sunnyvale au cœur de la Silicon Valley. Il s'agit d'une conférence pour et par les acteurs de l’écosystème Google - sans Google. Et j’ai la chance d’y participer.
Une conférence pour et par les acteurs de l’écosystème Google - sans Google
gSocial 2.0 est une conférence dédiée aux éditeurs et revendeurs de solutions Google, organisée par ces mêmes éditeurs et révendeurs de solutions cloud… sans Google.
Tout s’est joué il y a quelques jours alors que nous participions au WebSummit de Dublin, fin octobre 2012. Plusieurs journalistes, VCs et partenaires revendeurs qui s’y trouvaient également nous ont chaudement recommandé de nous rendre à cette conférence, incontournable à leurs yeux pour tout éditeur de solution fondée sur Google qui souhaite développer son réseau de revendeurs.
Fort de ces recommandations, j’avoue être arrivé curiosité en alerte, prêt à démontrer notre solution à qui voudrait bien m’écouter  et - on ne se ferait pas - quelque peu intrigué, voire sceptique.

Si le programme de la journée de mardi se présente de façon assez classique (tout du moins dans son programme) avec des conférences sur l'état du marché, l'intérêt des médias sociaux, et des thèmes plus orientés revendeurs ou à destination des éditeurs, celui de la première journée (plutôt fin de journée) était simplement qualifié de "Welcome reception”.

Welcome Reception : un networking façon speed dating  
Derrière ce thème un peu vague, se cache un fonctionnement des plus simples : pas de discours d'introduction ou de bienvenue, juste une salle, un buffet et un bar. Et trois heures de networking, rencontres, présentations et discussions purs et durs.
Les participants (une soixantaine) viennent principalement des Etats-Unis mais on peut noter la présence de revendeurs ou d'éditeurs venus du Japon, d’Israel, d’Angleterre, de Suède ou encore d’Oman.

Sans présager de ce qui se passera suite à cette première prise de contact,
ce qui frappe forcément mon regard de Français c'est à quel point l’efficacité est le maître mot. Chaque conversation, présentation est strictement orientée business. Il n'y a pas là de naïveté ou d'admiration béate dans le constat. Juste un mode de fonctionnement simple, direct et particulièrement efficace.
Les organisateurs sont plus que discrets,  pas d'autopromotion ou d'autosatisfaction, tout le monde sait pourquoi il est là et s’attèle à la tâche avec ardeur : networking, networking et networking.
Au bout de quelques minutes, on passe à un autre interlocuteur, c’est du speed dating.  Simple, rapide et concis.

Pour avoir participé à de nombreux salons en France, je ne peux que constater que tout est plus conventionnel dans l’Hexagone, plus encadré et pour tout dire plus inhibé. Force m’est même de constater qu’une rencontre entre start-upers à Paris ou Nantes est bien plus formelle que ce que je découvre ici.

L'avenir dira si ces contacts se transformeront en relation business, mais déjà nous nous connaissons.

PS: il y aurait a priori un autre Français présent ici, pour le moment je ne l'ai pas trouvé.

Autour du même sujet