Confidentiel : I-Dispo lève plus d'un million de dollars pour son assistant personnel "Sara"

La start-up fondée par Ismaël Nzouetom attaque le marché américain et souhaite faire de Sara la première interface de recherche de services personnalisés.

Après s'être positionnée comme une interface permettant de gérer ses rendez-vous, la start-up d'Ismaël Nzouetom revoit son business model pour devenir un assistant personnel et lève plus d'un millions de dollars. L'objectif : attaquer le marché américain et renforcer sa R&D en misant sur l'intelligence artificielle. Participant à cette augmentation de capital, ses actionnaires historiques sont des acteurs implantés dans le Web français tels Kima Ventures, Jacques-Antoine Granjon, Jean-David Blanc ou encore Fabrice Grinda. Un panel de nouveaux investisseurs privés intervient également, comptant notamment la DG d'Oracle Annie Eyt.

A la différence d'autres éditeurs d'assistants personnels numériques, I-Dispo capitalise sur la recherche sémantique, la reconnaissance de langage naturel et dispose d'un réseau de télé-experts qui s'assurent du suivi des demandes et de la pertinence des réponses et offres apportées par le service "Sara". Ce dernier est accessible sur Twitter, Facebook, par email et via son application iPhone et souhaite à terme offrir aux particuliers une solution gérant tout type de tâche et offrir une valeur ajoutée comme la possibilité de dénicher un rendez-vous chez un médecin spécialisé en moins de 24h. Disponible sous invitation en freemium, la version gratuite de Sara offre l'accès à l'assistance personnalisée pour la recherche de voyages (hôtels, vols etc.), de produits et de restaurants qui sont pour I-Dispo les marchés les plus matures. Le service est par exemple affilié à des partenaires comme LaFourchette ou Amazon. La version payante de Sara coûtera 10 euros par mois (13 dollars) et offre l'accès à des services plus pointus avec lesquels les internautes pourront gérer la réception de leurs colis par La Poste, leurs notes de frais, leur rendez-vous avec leur plombier ou encore la recherche d'un appartement.

Une commission de 5 à 7%

Pour se rémunérer I-Dispo prend une commission moyenne de 5 à 7% sur les actes de paiement réalisés entre les internautes et ses partenaires. La start-up vise également les grands groupes via son service, qu'elle commercialise en marque grise. Un moyen pour les enseignes comme les compagnies aériennes d'étoffer leurs programmes de fidélisation en proposant un service innovant et pertinent pour leur cible.

Prochaine étape : recruter 1 à 3 docteurs en intelligence artificielle et tout autant de commerciaux. L'application sera par ailleurs bientôt présente dans la nouvelle tablette embarquée dans les voitures de Renault, la R-link. Au premier trimestre 2013, I-Dispo ouvrira un bureau aux Etats-Unis pour renforcer sa présence sur le territoire américain.

Capital risque / Levée de fonds