Patrick Llewellyn (99designs) "Le crowdsourcing supprime les frontières du marché du travail"

Quelle est la stratégie de développement international de la plate-forme de crowdfunding pour créatifs ? Entretien avec son dirigeant.

JDN. En trois ans, 99designs est devenu la référence internationale en matière de crowdsourcing de création graphique. Quelle est la prochaine étape de votre développement ?

patrick llewellyn 275
Patrick Llewellyn, dirigeant de 99designs © S. de P. 99designs

Patrick Llewellyn. En 2012 nous nous sommes concentrés sur notre croissance internationale, notamment en rachetant notre concurrent allemand 12designers l'été dernier et en ouvrant un bureau à Paris. D'ici à la fin de cette année, nous allons continuer à poursuivre le développement de 99designs en Europe, comme l'illustre la traduction de notre plateforme en italien réalisée en janvier. Nous allons également chercher à améliorer nos performances au Royaume-Uni en investissant davantage en marketing. L'économie européenne n'est pas en bonne santé et notre modèle économique peut en tirer parti.

 

Quand vous attaquerez-vous au marché espagnol ?

Très prochainement, mais nous ciblerons en même temps l'Amérique du Sud. Nous regardons également ce qui est possible de faire sur le marché brésilien qui est très dynamique et où les startup, qui constituent notre marché cible, grandissent très rapidement. Nous lançons ces marchés dans un premier temps de notre siège à San Francisco pour ensuite envisager la création de bureaux locaux.

 

Visez-vous aussi l'Asie ?

L'Asie est un marché bien plus compliqué qui n'est pas encore inscrit sur notre feuille de route. Il nous faut du temps pour comprendre le fonctionnement économique des pays asiatiques ainsi que leur conception d'Internet, de leur webdesign et de l'expérience utilisateur.

 

Vous n'avez qu'un seul représentant en France ? Quelle importance accordez-vous à la communauté d'entrepreneurs ?

En France nous voulons renforcer l'engagement de la communauté de start-up. Une seule personne est suffisante pour cela, d'autant qu'elle bénéficie du support de nos équipes en Australie, aux États-Unis et évidemment à Berlin.

"Nous devons notre croissance à la communauté d'entrepreneurs"

La communauté d'entrepreneurs est très souvent constituée d'early adopters. C'est une communauté soudée qui partage facilement ses ressources et nous lui devons notre croissance puisque c'est grâce à elle que nous avons rapidement grandi. 

 

Vous avez levé 35 millions de dollars en avril 2011 auprès d'Accel Partners, dans quel but ?

"Nous allons investir davantage en marketing"

Nous nous sommes vite rendu compte que fournir le meilleur service à nos utilisateurs était notre principal levier de croissance. Nous n'avons pas dépensé d'argent en marketing au début pour améliorer au maximum notre service et viser le meilleur taux d'engagement de nos contributeurs. Désormais nous allons investir davantage en marketing en sponsorisant par exemple des événements. Mais notre activité est principalement générée grâce au bouche à oreille. Nous souhaitons adopter une stratégie à long terme et nous devons pour cela nous concentrer sur nos priorités. Cela passe par une plateforme qui fonctionne, un service client réactif ainsi que de régulières mises à jour de nos applications et de notre back-office.

 

Le crowdsourcing est attractif pour les freelances, mais en proposant des campagnes à bas coût ne craignez-vous pas de tirer le marché vers le bas ?

En 2012 nous avons reversé en moyenne 1,5 million de dollars par mois aux designers et depuis notre lancement, ce montant s'élève à 47 millions de dollars. A l'avenir, l'économie internationale va être dynamisée par des PME et des entrepreneurs qui vont saisir des opportunités comme celles que nous proposons. Les places de marché en ligne qui permettent aux individus de commercialiser leur savoir-faire vont changer la conception de nos économies. La compétitivité sera accrue à l'international et donc les opportunités pour les freelances proviendront de partout et seront plus nombreuses.

 

Mais le coût de la vie en France n'est pas le même qu'en Roumanie...

"Nous offrons des opportunités économiques à des freelance et des PME dans des pays isolés"

Le crowdsourcing supprime les frontières dans le marché du travail. Il y a beaucoup de pays isolés qui n'ont pas accès au dynamisme économique international. Des plateformes comme la nôtre peuvent donner des opportunités internationales à des PME et des freelances qui ne travaillent qu'à un niveau local. Sur notre plateforme, on se fie d'abord à la qualité du travail fournit et personne n'ira juger qui vous êtes, de quelle école vous sortez, ou dans quel village vous habitez. Dans un modèle comme le nôtre, c'est le résultat qui compte, pas la réputation. 

 

Souhaitez-vous à plus long terme adresser un marché d'un niveau plus élevé, je pense surtout aux grandes agences de communication ?

Les petites agences trouvent leur intérêt dans 99designs parce qu'elles sont habituées à engager des créatifs en freelance. Notre plateforme leur permet d'aller plus vite et de rencontrer des freelances avec qui ils n'auraient jamais eu l'occasion de travailler. En revanche notre outil n'a pas été conçu à destination des multinationales implantée sur la Madison Avenue qui fonctionnement très différemment.

 

 

Diplômé de La Trobe University à Melbourne, Patrick Llewellyn  débute sa carrière en 2000 en tant qu'associé chez Nextec Strategic Capital, une société de conseil spécialisée dans les technologies et nouveaux médias en Australie. Il devient président de l'a région Amérique du Nord de 99designs en septembre 2009 avant d'en devenir CEO en février 2011.

PME / Crowdfunding