90% des licornes valorisées plus d'un milliard de dollars sont en danger

Selon Jim Breyer, célèbre capital-risqueur, 90% des licornes actuelles vont voir leur valorisation revue à la baisse ou bien disparaître.

Jim Breyer, le capital-risqueur qui a fait fortune en investissant très tôt dans Facebook, est optimiste quant au futur de l'industrie tech. Il est particulièrement confiant pour le secteur de l'intelligence artificielle et il assure que son fonds n'investit que dans des sociétés qui d'une manière ou d'une autre font de l'analyse intelligente de données. Il compare la nouvelle ère de l'intelligence artificielle à l'ère des réseaux sociaux, qui a entièrement bouleversé le paysage numérique. Mais à court terme, il prévoit de la casse.

Nous avons rapidement échangé avec Breyer lors du Forum économique mondial de Davos, en Suisse. Il dit qu'il y a "de l'eau dans le gaz" et que le futur des start-up valorisées plus d'un milliard de dollars, les licornes, va suivre deux chemins différents : 90% des start-up vont voir leur valorisation revue à la baisse ou vont mourir et 10% vont rencontrer le succès.

Clauses de ratchet et mesures de protection en cas de round down

Quand on lui demande pourquoi les valorisations ont autant explosé, Breyer explique que beaucoup de levées de fonds de l'années précédente comprenaient des clauses de ratchet et des mesures de protection en cas de revalorisation à la baisse, pour pouvoir donner aux fondateurs les valorisations énormes qu'ils réclamaient aux VC. Ces valorisations étaient motivées par la cupidité et des visions court-terme, du type : ce serait cool d'être valorisé 10 milliards de dollars !.

Ces clauses peuvent être satisfaisantes pour les entrepreneurs tant que la société continue de connaître une forte croissance. Facebook, par exemple, pourrait avoir survécu avec des mesures de protection en cas de revalorisation à la baisse quand la société était encore une start-up. Mais si les choses tournent mal, les investisseurs s'en sortent bien et les fondateurs et salariés en prennent un coup, tant du point de vue de leurs actions que moralement.

La Silicon Valley peuplée d'arrogants ?

Breyer nous a aussi répondu à propos de l'état actuel de la Silicon Valley. Mercredi, nous avons parlé avec un CEO de la Silicon Valley qui nous a dit qu'il attendait avec impatience une récession du marché des start-up. Il pense que la Valley était avant peuplée de gens originaux mais qu'ils ont été remplacés par des arrogants, donc il est content de voir quelques unes de ces sociétés faire faillite.

Selon Breyer, la Silicon Valley est encore pleine de gens originaux. Il assure que l'arrogance n'a pas sa place dans la Valley, surtout parce que les plus grosses sociétés tech comme Facebook et Amazon se portent mieux que jamais. Selon lui, faire preuve d'humilité est très important en ce moment.

Ceci dit, si les gens de la Silicon Valley sont arrogants, ils pourraient bien être obligés de retrouver un peu d'humilité si Breyer a raison à propos de la mort des licornes. Il y a environ 144 licornes aujourd'hui. Si seulement 10% d'entre elles rencontrent le succès, cela veut dire que seules 14 sociétés vont s'en sortir.

Malgré cet avertissement sévère, Breyer pense que de nombreuses sociétés feront leur trou dans les dix prochaines années. Il pense que l'intelligence artificielle est une opportunité énorme. Et considère que nous allons assister à un retour massif des investissements dans les start-up basée sur l'IA, dans tous les domaines, depuis la santé jusqu'aux applications de divertissement.

 

Article de Jay Yarow. Traduction : JDN.

Voir l'article original : "Blood ine the Water" - 90% of the billion-dollar unicorn startups are in trouble

Licorne