Aereo jugé illégal, les chaînes du câble respirent

Aereo avait levé 100 millions de dollars pour révolutionner l'économie des services audiovisuels aux Etats-Unis. La Cour suprême vient de lui couper les ailes.

Aereo n'est pas un service technologique, mais un éditeur de service audiovisuel. C'est ce qu'a tranché la Cour Suprême qui vient, à 6 voix contre 3, de juger l'activité de la start-up illégale. Pourtant, Aereo pensait bien avoir trouvé l'astuce pour respecter la loi. Pour proposer l'accès aux chaînes télé sans payer le câble, Aereo loue à ses clients un accès en streaming aux chaînes TV. Ou plutôt, il loue une antenne de réception hertzienne placée sur un serveur, qui distribue leur flux vidéo vers l'abonné. L'astuce : aux Etats-Unis, la couverture du réseau hertzien est très mauvaise. Ce qui oblige donc les habitants à souscrire des abonnements au câble hors de prix comportant une multitude de chaînes qu'ils ne regardent jamais. Les clients d'Aereo ont eux accès à des chaînes qu'ils ont choisies, à des tarifs imbattables.

Une stratégie qui a agacé les grands networks américains qui sont financés par les souscriptions au câble. ABC, NBC, CBS et Fox avaient donc décidé de porter l'affaire devant les tribunaux. La Fox menaçant même de couper sa diffusion hertzienne...

Jusqu'à cette décision de la Cour Suprême, la menace Aereo était d'autant plus sérieuse que la start-up, persuadée de respecter la loi, avait réussi à convaincre des VC de lever plus de 100 millions de dollars. Moins de deux mois après, ses services étaient interdits dans huit états américains.

Serveurs / Aereo