Dossier Le Web français a levé deux fois moins d'argent en 2013 qu'en 2012

Les start-up du Web français ont levé près de 291 millions d'euros en 2013. Par rapport à 2012 (542 millions d'euros levés), la chute est vertigineuse : le montant a baissé de 46,3%... Il faut dire que l'année passée avait été particulièrement florissante pour le secteur, et marquée par des levées de fonds record de poids lourds du Web, comme celle de Fotolia (117 millions d'euros auprès de KKR), de Deezer (100 millions d'euros auprès d'Access Industries), de Criteo (30 millions d'euros auprès de SoftBank Capital, Yahoo Japan, Adams Street, Bessemer, SAP Ventures), ou encore de Spartoo (25 millions d'euros auprès de A Plus Finance et CM-CIC Capital Privé, notamment). L'apport considérable des fonds d'investissements étrangers dans les pépites du Web français a sans aucun doute dopé le bilan des levées de l'année 2012.

Le ticket moyen des levées dont le montant a été révélé ne dépasse pas 1,54 million d'euros en 2013, alors qu'il atteignait 3,5 millions d'euros en 2012. Les plus gros investissements n'atteignent d'ailleurs pas ceux de 2012 : Withings, avec ses objets connectés, décroche le plus gros ticket : Bpifrance, Idinvest Partners, 360 Capital Partners et Ventech sont entrés dans son capital à hauteur de 23,5 millions d'euros. Suivent Vestiaire Collective (15,1 millions levés auprès de Condé Nast International, Idinvest Partners, Balderton et Ventech Capital), puis Planetveo (15 millions d'euros levés auprès d'Iris Capital et le fonds Gimv).

Les services Web concentrent 41,4% des investissements.

Les services Web restent le secteur concentrant le plus d'investissement (41,4%, quasiment stable depuis 2012), mais le montant levé par le secteur chute de 42% en un an. Les fonds investis dans des start-up de l'e-commerce ont quant à eux chuté de 50,6% en un an. L'e-marketing ne représente plus que 9,4% des investissements, contre 13,4% en 2012. Le secteur est le plus touché par la diminution des montants levés : -60% par rapport à l'année précédente. Enfin, les services mobile ont été les plus épargnés par la baisse des investissements. Ils représentent 10,1% des montants levés, contre 6,8% en 2012, et n'enregistrent qu'une baisse de 1,6%.

répartition des montants investis dans le web français par secteur en 2013.
Répartition des montants investis dans le Web français par secteur en 2013. © JDN

Contrairement à l'année passée, durant laquelle les investissements avaient été particulièrement concentrés en mai et en octobre, c'est en juin et juillet puis septembre et novembre 2013 que les capitaux-risqueurs ont été les plus actifs en 2013.

répartition des investissements dans le web français au cours de l'année 2013,
Répartition des investissements dans le Web français au cours de l'année 2013, en millions d'euros. © JDN

Autour du même sujet