"Quand ça ne décolle pas, se résoudre à pivoter"

stéphanie pelaprat, ceo de restopolitan.
Stéphanie Pelaprat, CEO de Restopolitan. © Aude Fredouelle - JDN

"Should I stay or should I go ?" C'est avec la célèbre chanson de The Clash que Stéphanie Pelaprat a illustré les débuts de Restopolitan : "pivoter ou abandonner ?" Elle-même a décidé de persévérer, même si la start-up - au départ, une plateforme de réservation de restaurants - ne parvenait pas à décoller et qu'elle arrivait au bout de sa trésorerie. "J'ai engagé de meilleurs commerciaux, ajouté de nouvelles fonctionnalités... Rien à faire, ça ne décollait pas." Le pivot qui a sauvé Restopolitan a été imaginé en 48 heures, pendant un brainstorming d'équipe. "Quand ça ne marche pas, il faut être transparent avec ses employés et rester soudés." La start-up a finalement lancé une carte à 9,99 euros par mois qui offre un repas pour tout repas acheté dans un réseau de restaurants partenaires. Un pari gagnant.