Quels financements publics pour une start-up ? Les aides territoriales

Principalement régionales, "leurs critères sont plus souples que ceux exposés dans les cas précédents mais chaque région dispose de ses propres exigences" précise Thomas Gross. 


Selon la Sogedev, les aides territoriales représenteraient six milliards d'euros par an. Elles sont allouées suite à la transmission d'un dossier technique et financier, le plus souvent accompagné d'un plan prévisionnel. Leur montant est variable et à titre d'exemple, le Centre francilien de l'innovation peut allouer des aides allant jusqu'à 80 000 euros, "mais en moyenne, elles sont plafonnées entre 30 000 et 50 000 euros".


Les régions ne sont toutefois pas toujours à l'origine de ces financements puisqu'elles sont abondées par des fonds européens ou de l'Etat. La difficulté pour l'entrepreneur est de devoir consulter chaque région pour connaître les modalités d'attribution puisque les aides ne sont pas centralisés. Il est toujours possible de consulter celles qui existent sur l'interface Oséo de Sémaphore


Il est également intéressant de regarder ce que proposent les chambres de commerce et de l'industrie, l'Agence pour la création d'entreprises (APCE) et le portail DIRECCTE, qui rassemble les Directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi.


Outre ces aides régionales, il existe un nombre important de prêts d'honneur accordés par exemple par le Réseau Entreprendre ou encore Scientipôle, qui permettent d'accéder à des prêts allant jusqu'à 20 000 euros et garantis par Oséo. "Chez Scientipôle, ce sont la moitié des sociétés sélectionnées qui sont des start-up de l'e-business puisque les critères de sélection intègrent les innovations de service" précise Olivier Ezratty qui en est membre du comité de sélection. 


Enfin, il existe différents pôles de compétitivités comme Cap Digital. Mais sur les 70 pôles de compétitivités en France, seuls sept sont spécialisés dans le numérique.

Capital risque / Oséo