Monter sa start-up aux Etats-Unis : mode d'emploi Créer une société sur place le plus tôt possible

L'investissement nécessaire dans le cadre d'une procédure d'un Visa E2 peut, bien souvent, s'avérer être un obstacle pour un entrepreneur. C'est pourquoi Vanessa Elmaleh, avocate basée en Floride et spécialisée en immigration franco-américaine au sein du cabinet Cils Immigration, conseille de créer sa société le plus tôt possible : "je conseille toujours à mes clients de créer la société américaine 6 mois, voire 1 an, avant la date d'installation initialement prévue". Ceci permet en effet de comptabiliser très tôt les dépenses faites sur place afin de les comptabiliser dans l'investissement global. L'avocate prend pour exemple les frais de déplacement sur place, comme les billets d'avion ou frais d'hébergement. En les faisant passer sur le compte de la société US, tous ces frais "permettent d'atteindre plus rapidement le montant des 100 000 dollars".

 

vanessa elmaleh, avocate.
Vanessa Elmaleh, avocate. © S. de P. Cils Immigation

Choisir la forme juridique "holding"

En cas de faillite, et donc de dissolution de la société américaine, ou de vente d'une activité, le visa E2 s'annulera automatiquement. Afin d'empêcher cela et de conserver son visa même après la dissolution ou vente de la société, Vanessa Elmaleh conseille de créer la société sous la forme d'une holding. Elle explique qu'ainsi " l'entrepreneur pourra effectuer différents investissements dans plusieurs sociétés et ne perdra pas son visa si l'une d'elles fait faillite".


Créer une holding par associé

Vanessa Elmaleh explique également comment se protéger d'un associé. En effet, en cas de désaccord entre associés, le blocage de la société peut souvent entrainer le dépôt de bilan, et donc mettre fin à la validité du Visa. Pour éviter cette situation, l'avocate conseille de "créer deux holdings différentes afin de limiter sa dépendance à son associé en cas de mésentente".


Un processus de 5000 dollars et 10 semaines  de procédure

Même si les coûts et les délais varient selon les avocats, la procédure et le type de problématique de chacun, il faut néanmoins prévoir entre 4 500 et 5 500 dollars en frais d'avocat rien que pour la procédure d'obtention du visa. Mélissa Abehassera précise que "l'appel à un avocat n'est pas obligatoire pour mener la procédure mais il est fortement conseillé", précisant ainsi qu'un entrepreneur inexpérimenté a bien souvent besoin de conseils et d'accompagnement dans sa démarche.

Il faut également prendre en compte les frais concernant la création de la société aux US, incluant différents services liés comme la domiciliation de la société dans le cas où l'entrepreneur n'est pas encore sur place, pour un montant inférieur à 2 000 dollars. Enfin, en termes de délais, il faut compter entre 8 à 12 semaines d'attente entre le dépôt du dossier et l'obtention du visa.

Etats-Unis