Paul Davison (Highlight) "Notre application permet de tout savoir sur les personnes autour de nous"

Comment fonctionne l'application de géolocalisation Highlight et dans quelle mesure respecte-t-elle la vie privée des utilisateurs ? Son dirigeant s'explique et expose sa stratégie.

JDN. Pouvez-vous nous présenter Highlight ?

Paul Davison. Highlight est une application mobile qui a été lancée en janvier dernier et qui permet à un utilisateur d'en savoir plus sur les gens qui se trouvent autour de lui. L'objectif est de donner à l'utilisateur un sixième sens et de savoir qui se trouve autour de lui. La société est basée à Menlo Park en Californie et compte aujourd'hui trois employés. Nous avons réalisé une première levée de fond en février dernier auprès d'investisseurs tels que Benchmark Capital, SV Angel et de CrunchFund, le fonds de Michael Arrington. Nous avons connu une certaine médiatisation notamment grâce au célèbre blogueur Robert Scoble.


Pouvez-vous nous détailler le concept et le fonctionnement de l'application ?

Une fois connecté à Highlight via Facebook, l'application vous envoie des alertes au sujet des différentes personnes se trouvant autour de vous et vous permet de consulter leur profil. L'application va donc permettre à un utilisateur de savoir qui est la personne qui se trouve à côté de lui en lui précisant par exemple où cette dernière travaille, les amis qu'ils partagent etc.  Elle va également permettre de visualiser d'autres éléments que des utilisateurs pourraient avoir en commun comme le fait d'aimer le même groupe de musique ou d'avoir fréquenté la même école. Enfin, un historique permet à l'utilisateur de connaitre le nombre de fois et les lieux où il aura croisé quelqu'un.


Comment l'application choisit-elle les profils qu'elle fait apparaitre à ses utilisateurs ?

Nous analysons d'abord les différents types de relations qui peuvent exister entre deux individus. Comme par exemple d'être ami avec une personne ou d'avoir des amis en commun avec elle. L'application peut aussi vous alerter lorsqu'elle juge que deux individus ont des profils ou des goûts similaires. Il y a également le filtre de la distance, qui permet à l'application de vous alerter sur un profil qui se trouve au plus près de votre position. Enfin, Highlight s'appuie également sur l'historique, c'est-à-dire le nombre de fois où deux individus se sont croisés.

 

Quel est l'objectif d'Highlight ? Est-ce un outil pour faire des rencontres professionnelles, amicales, amoureuses ?

Highlight peut être utilisée de manière très différente mais nous considérons qu'Highlight n'est pas conçu pour rencontrer des personnes car nous sommes rarement dans la démarche de discuter avec des inconnus. Ici, l'objectif est de récolter de l'information et de pouvoir voir des choses que l'on ne pouvait pas voir avant.

 

Toutes les données sont donc stockées et accessibles en permanence ?

Exactement. Deux individus n'auront donc plus besoin d'échanger leurs cartes de visite car les contacts seront automatiquement enregistrés dans leurs historiques respectifs. Qui n'a jamais connu une situation où il avait l'impression d'avoir déjà croisé quelqu'un sans pouvoir se rappeler où et quand ?

 

Quelle est votre politique en matière de respect de la vie privé ?

C'est quelque chose de très important à nos yeux et nécessaire pour que les utilisateurs puissent avoir confiance dans le service. C'est pourquoi l'application est entièrement basée sur un système d'opt-in, ce qui signifie que tous les profils que l'on trouve sont de véritables utilisateurs. Il y a également un système de limitation qui permet de laisser à un utilisateur le choix d'être visible lorsqu'il le souhaite ou uniquement par certaines personnes.

 

Qui sont vos concurrents aujourd'hui ?

Nous avons deux types de concurrents. Il y a d'un côté les généralistes de la géolocalisation comme Foursquare ou Facebook par exemple. De l'autre côté se trouvent des concurrents plus spécialisés notamment sur le créneau des rencontres en ligne. Je pense d'ailleurs que nous devrions voir d'autres concurrents apparaître au fil du temps car il s'agit d'un marché totalement nouveau et qui est désormais rendu possible grâce au développement du marché des applications mobiles, des réseaux sociaux comme Facebook, le tout accompagné de technologies de géolocalisation de plus en plus précises.

 

Le mobile est donc la prochaine grande révolution ?

C'est une évidence et je pense que beaucoup ne réalisent pas encore à quel point le développement du mobile aura un véritable impact sur le monde. Imaginez des milliards de personnes connectées en permanence avec un accès instantané à une multitude d'informations dans leur poche. Notre but est de rendre ces informations plus intelligentes et utiles dans le monde réel.


Comment comptez-vous gagner de l'argent ?

Nous souhaitons d'abord nous concentrer pour atteindre un nombre critique d'utilisateurs. Après quoi, d'ici quelques années, nous étudierons les différents moyens de rentabiliser le service.


Quel est votre stratégie de développement ? Des ambitions sur le plan international ?

Nous souhaitons nous développer dans le plus grand nombre de pays possible, c'est pourquoi Highlight doit être accessible dans un maximum de langues différentes. Nous serons par ailleurs bientôt présents sur d'autres plateformes qu'iOS. Beaucoup de personnes se demandent comment on faisait pour communiquer à distance avant que le téléphone ne soit inventé. Peut-être que dans dix ans, certains se demanderont comment on faisait pour ne pas savoir qui se trouvait à coté de soi ou pour se rappeler des personnes que l'on croisait ...


Quelle est votre vision de l'Europe et de son écosystème numérique ?

Je pense qu'il y a beaucoup d'énergie et de dynamisme en Europe. Cette zone pourrait développer un écosystème similaire à celui de la Silicon Valley, un peu à l'instar de New-York ces cinq dernières années. Il s'agit  surtout de lui donner les infrastructures et notamment les moyens financiers nécessaires. Il y a également un aspect culturel. Lorsque j'étudiais à Stanford, je travaillais l'été pour Google et malgré une proposition d'emploi à plein temps j'ai fait le choix de travailler dans une start-up car c'est cet univers qui m'attirait. C'est cet état d'esprit, très spécifique à la Silicon Valley, qui doit se développer en Europe.

 


Diplômé d'un MBA de la Stanford Graduate School et d'un Bachelor de l'Université de Stanford, Paul Davison a commencé sa carrière en occupant différents postes au sein de Google et du cabinet Bain. Il devient ensuite vice-président de Metaweb, une société spécialisée dans le web sémantique et rachetée par Google en juillet 2010. Il est le co-fondateur et dirigeant de Highlight, une application mobile qu'il sous le statut "d'entrepreneur in residence" chez Benchmark Capital.

Application iPhone / IOS