Boris Saragaglia (Spartoo) "Nous voulons lever 6 millions d'euros pour viser l'international"

Avec 15 millions d'euros, Spartoo a triplé son chiffre d'affaires cette année. Le vendeur de chaussures compte sur une levée de fonds pour accélérer sa croissance et financer son lancement à l'international.

Comment se porte Spartoo ?

Boris Saragaglia. Très bien, nous avons multiplié par trois notre chiffre d'affaires 2008 pour le porter à 15 millions d'euros contre 5 millions en 2007. La société n'est pas rentable, car nous sommes toujours en phase d'investissement, mais notre marge commerciale est de 6 millions d'euros, soit près de 40 % de notre chiffre d'affaires. Par ailleurs, notre perte est maitrisée et reste stable par rapport à l'année dernière. Les signaux sont au vert, nous travaillons donc sur une nouvelle levée de fonds après celle de 4,3 millions d'euros bouclée en 2007 (lire l'article : Le chausseur en ligne Spartoo lève 4,3 millions d'euros, du 13/11/07), et à laquelle nous avons très peu touché.

Quel montant recherchez-vous, et pourquoi lever à nouveau des fonds s'il vous reste de la trésorerie ?

Nous espérons boucler une augmentation de capital de 6 millions d'euros à la fin du premier trimestre 2009. Nous débutons le road show la semaine prochaine. Cette levée à pour objectif de renforcer nos fonds propres afin de nous lancer à l'international. Nous allons décliner notre site dans les pays d'Europe du sud, à partir de décembre, et piloter ce développement depuis la France. Cet argent va aussi nous servir à nous préparer à une éventuelle contraction de la demande. Il faut que nous soyons prêts à faire face à des pics de cash flow négatif pendant plusieurs mois, et éviter d'être à cours de trésorerie. De plus nous n'excluons pas de profiter de la situation économique pour réaliser une opération de croissance externe, comme nous avons failli le faire avec Starbagg en début d'année. Nous regardons d'ailleurs un dossier.

Est-il simple aujourd'hui de lever des fonds ?

En temps de crise, l'accès aux fonds est limité aux bons dossiers, mais il y a de l'argent. Nous avons cette chance que les investisseurs s'intéressent au secteur de la mode car les marges sont importantes et la croissance plus forte que celle du secteur marchand en général. Spartoo propose un modèle serein aux investisseurs : un secteur en croissance, des fondamentaux simples : une image associée à un produit, et la maîtrise des coûts. Cinq fonds nous ont déjà approchés, dont deux américains. J'ai d'ailleurs l'impression que les fonds US vont beaucoup investir en Europe dans les mois à venir.

Annonces Google