Le PDG de Meilleurtaux révoqué pour "faute grave"

Le fondateur de Meilleurtaux a été révoqué pour "faute grave" de la présidence du conseil d'administration de l'entreprise, rachetée en septembre 2007 par les Caisses d'épargne. D'après un communiqué provenant du courtier en ligne, Christophe Crémer aurait en effet refusé de convoquer le conseil de l'entreprise, "en violation des règles légales de gouvernance". Le conseil s'est réuni le matin du 24 décembre "conformément à une injonction judiciaire faite (le 23 décembre) à Christophe Crémer par le président du tribunal de commerce de Nanterre" et a décidé de le remplacer par Bernard Monier, issu des Caisses d'épargne.

Dans le cadre de son rapprochement avec les Banques populaires, l'Ecureuil aurait engagé un audit visant à évaluer les conséquences de la crise immobilière sur Meilleurtaux, dont le fondateur aurait refusé de présenter les comptes. L'activité du courtier en ligne a reculé de 17 % sur les trois premiers trimestres 2008, à 31 millions d'euros.

Christophe Crémer récuse formellement ces allégations "dont l'unique objet est, pour les actionnaires de Meilleurtaux, d'éviter de remplir leurs obligations contractuelles à mon égard, a-t-il indiqué au Figaro. Je ne me suis jamais opposé à une quelconque décision du conseil et j'ai piloté l'entreprise du mieux que j'ai pu dans un contexte difficile." Christophe Crémer détient 10 % du holding propriétaire du courtier en ligne.

Annonces Google