Y-a-t-il conflit d'intérêt entre la secrétaire d'Etat et son frère ?


Le frère, Pierre, est patron de Priceminister et homme influent de l'Internet français. La soeur, Nathalie est secrétaire d'Etat à l'économie numérique. Y-a-t-il conflit d'intérêt ?


A peine le nom de la nouvelle secrétaire d'Etat à l'économie numérique était connu que se posait la question d'un éventuel conflit d'intérêt entre Nathalie Kosciusko-Morizet et son frère Pierre, le président et co-fondateur du site Priceminister.fr, un homme influent du secteur.

Ainsi celui-ci est à la fois président de l'Acsel (Association pour le commerce et les services en ligne), co-responsable de l'Asic (Association des services Internet communautaires), mais aussi membre de Renaissance Numérique, un think tank de grands patrons de l'Internet français qui réfléchissent notamment à réduire la fracture numérique.

Pour lui, la crainte n'a pas lieu d'être : "il y aurait eu plus de risques si elle était allé à Bercy, explique le PDG. Là, elle n'a pas de subventions ou de marchés à attribuer. En plus, elle n'est pas actionnaire de Priceminister". Un avis partagé par Nathalie Kosciusko-Morizet pour qui "c'est comme si vous disiez que vous ne pouvez pas être secrétaire d'Etat aux PME si vous avez de la famille dans le commerce".

Si la question mérite effectivement d'être posée, le périmètre d'intervention de la secrétaire d'Etat réduit fortement les risques de conflits d'intérêts. Ainsi, les dossiers les plus stratégiques, ceux en prise directe avec le monde économique, tels que la télévision mobile personnelle, le déploiement de la fibre, le filtrage des réseaux, la loi Création et Internet, le dividende numérique… ne relèvent pas de son autorité. Rares devraient donc être les sujets sur lesquels elle aura à se prononcer et qui concerneront l'activité de Priceminister.

Annonces Google