Yoox et Net-a-Porter vont fusionner

Yoox et Net-a-Porter vont fusionner L'e-commerçant italien de mode et le spécialiste britannique de la vente en ligne de luxe s'apprêtent à sceller leur destin. Leur chiffre d'affaires combiné atteint 1,3 milliard d'euros.

Le groupe suisse Richemont confirme aujourd'hui avoir signé un accord conditionnel portant sur la fusion de sa filiale britannique Net-a-Porter avec l'e-commerçant italien Yoox. Les actionnaires de Yoox devront valider l'opération en juin et la transaction sera finalisée en septembre. Elle prendra la forme d'un échange d'actions, à l'issue duquel Richemont possèdera 50% de l'entité issue de la fusion et ne détiendra que 25% des voix, pour en préserver l'indépendance. Une période de lock-up sur 25% du capital est prévue pour trois ans. Natalie Massenet, fondatrice et présidente exécutive de Net-a-Porter, deviendra la présidente de la nouvelle société quand Federico Marchetti, fondateur et DG de Yoox, prendra la fonction de directeur général. En outre, la présence de Richemont au conseil d'administration se limitera à deux représentants sur un total d'au moins douze.

"Yoox Net-a-Porter Group", qui sera coté à la bourse de Milan comme Yoox actuellement, devrait également lancer une augmentation de capital de 200 millions d'euros. Pour financer sa croissance bien sûr, mais également pour se donner la possibilité d'accueillir à son capital des investisseurs stratégiques. Richemont annonce d'ores et déjà son intention de participer à cette levée.

Sur l'exercice qu'il clôturera fin mars 2015, Net-a-Porter devrait afficher un chiffre d'affaires dépassant 700 millions d'euros et, pour la première fois, un bénéfice. La valorisation de l'e-commerçant de luxe atteint entre 1,3 et 1,7 milliard d'euros selon les analystes. Quant à Yoox, pour sa part déjà profitable, il présentait une capitalisation boursière de 1,32 milliard d'euros avant l'annonce et de 1,5 milliard après.

Très bel actif, Net-a-Porter n'était pas stratégique pour Richemont, qui désirait néanmoins protéger sa pépite face à l'arrivée dans l'univers du luxe de géants tels qu'Amazon. Richemont avait reçu plusieurs offres informelles ces derniers temps, s'élevant jusqu'à 2,2 milliards d'euros. Des discussions avec Amazon ont d'ailleurs été évoquées. Le groupe genevois ne souhaitant pas céder la totalité de ses parts dans Net-a-Porter, il a successivement repoussé toutes ces offres pour accepter le projet de Yoox. A elles deux, ces sociétés totalisent un chiffre d'affaires combiné de 1,3 milliard d'euros et un Ebitda d'environ 108 millions d'euros. Le projet de fusion table sur des synergies d'une soixantaine de millions d'euros par an d'ici trois ans.

Annonces Google