Cinq conseils pour soigner les objets de ses e-mailings Etre concis, mais pas trop

Les objets d'e-mail sont comme les plaisanteries : les plus courts sont souvent les meilleurs. Les campagnes e-mails dont l'objet ne dépasse pas une quarantaine de caractères offrent de meilleurs taux d'ouverture et de clic que les autres. Les messages les plus courts sont en effet ceux qui sautent le plus aux yeux de l'internautes. D'autre part, un objet trop long risque d'être tronqué dans l'affichage des webmails ou des clients de messagerie. 

"Un bon objet d'e-mail doit être court et clair"

Ne pas dépasser une quarantaine de caractères reste cependant un idéal qui se révèle souvent difficile à atteindre. Il n'est donc pas interdit de dépasser cette limite, tant que le titre du message ne va pas au-delà de 100 à 120 caractères. "Le mieux reste de faire tenir l'objet d'un e-mail en quatre à cinq mots accrocheurs, tout en évitant les successions de mots-clés", explique Bilel Besbes, directeur marketing et innovation d'Edatis.  

Si la concision est une nécessité pour la rédaction d'un objet d'e-mail, elle ne doit pas pour autant être poussée jusqu'au ridicule. "Certains annonceurs ont tendance à raccourcir leurs objets à un tel point qu'ils en deviennent illisibles", note Bilel Besbes. S'il doit être le plus court possible, l'objet d'un e-mail marketing doit également "rester clair et compréhensible, et surtout ne pas déformer le contenu de l'e-mail", ce qui a généralement tendance à décevoir l'internaute qui décide de l'ouvrir.

E-Mail marketing