Christophe Léon (PureAgency.com) "Le marketing mobile doit viser les utilisateurs d'iPhones"

Après avoir passé 15 ans du côté des annonceurs, Christophe Léon crée son agence de marketing mobile. Il veut donner aux annonceurs une idée aussi précise de leur retour sur investissement sur mobile que sur le Web.

Pourquoi avoir quitté Voyages-sncf.com ?

Après 15 ans d'expérience dans le marketing online, j'ai décidé de créer mon entreprise. En tant qu'annonceur, je me suis rendu compte qu'il y avait beaucoup à faire dans le marketing sur mobile. Les agences que j'ai rencontrées ont des démarches semblables à celles des start-up des années 2000 : elles conseillent d'expérimenter uniquement pour tester le média, ou parce que c'est à la mode, mais elles n'apportent pas vraiment de valeur ou de complémentarité à Internet en termes d'usages. Alors j'ai décidé de créer ma propre agence.

 

Que comptez-vous proposer de plus ?

Pureagency.com est une agence Web-mobile qui propose du conseil en stratégie, de la création de sites et de dispositifs marketing, et de l'achat média. Notre offre se veut basée sur la mesure du retour sur investissement de nos clients par du tracking. Vu le niveau d'exigence de performance sur Internet, il faut aujourd'hui apporter sur mobile les mêmes niveaux de tracking. Il est aujourd'hui possible de mesurer la performance d'une campagne sur mobile, comme calculer un taux de transformation par exemple, et donc un ROI. Nous terminons à cet effet le développement d'une plate-forme technique qui gèrera les cookies des terminaux qui les acceptent et qui suivra le passage d'une URL à l'autre par un système de tag afin de suivre un utilisateur durant sa session.

 

Sur quelle base avez-vous créé votre société, Pureagency.com ?

J'avais le choix entre partir de zéro ou m'allier à une société qui avait une expertise Web et mobile. C'est à ce moment que j'ai rencontré Cityneo, une société créée en 2000 et justement spécialisée sur ces sujets. J'ai repris la société alors qu'elle était en dépôt de bilan. Son équipe de 14 personnes maîtrise parfaitement les dispositifs de convergence entre les deux médias. Elle a notamment conçu le site Mazonevideo.com pour Orange, un site de partage vidéo qui permet de déposer et lire des vidéos à la fois sur Web et sur mobile. La société a déjà créée 350 sites mobiles et est dotée de solides compétences en services cartographiques. J'ai investi toutes mes économies dans cette aventure, je suis son seul et unique actionnaire.

 

Quels services comptez-vous développer pour vos clients ?

Il y a des modèles économiques qui se mettent en place. Il existe aujourd'hui en France 14 millions d'usagers de l'Internet mobile. Mais combien ont développé un usage régulier, voire quasi-quotidien, sur ce réseau ? Selon mon expérience, j'estime à 40 % le volume d'usage de l'Internet mobile réalisé par les possesseurs d'iPhone, alors qu'il ne représente que 2 % des terminaux. C'est sur ces utilisateurs et les possesseurs de smartphones en général qu'il faut cibler nos efforts !

 

Et à quels modèles économiques pensez-vous ?

Le développement de sites iPhone est une piste, mais je pense plus particulièrement aux applications iPhone. De véritables business models marchands ou médias commencent à se mettre en place. Le modèle gratuit de l'Apple Store est intéressant, car il permet de déployer des publicités sur les applications. Sur smartphones, ces applications ont une fréquence d'usage plus importante que les sites. D'abord parce qu'elles sont installées sur les téléphones, ensuite parce qu'elles sont plus fluides et plus rapides que les sites. Notre travail est donc de bâtir des applications et de créer des modèles publicitaires sur ces applications.

 

Cependant, l'achat d'espace et le marketing mobile ne décollent toujours pas...

Parce qu'on ne fait pas ce qu'il faut pour ! Le premier levier de trafic pour un site mobile est le site Web de la marque. Mais très peu de sites Web renvoient des utilisateurs vers le site mobile. Il n'y a pas de complémentarité. Par ailleurs, les utilisateurs d'un PC sont actifs : ils recherchent de l'info. Sur mobile, ils sont passifs. Il s'agit donc de les stimuler régulièrement à venir sur un site. Mais quand un annonceur crée un site mobile, ce n'est jamais dans cette optique qu'il est guidé par les agences... Certes, il y a quelques réussites dans la publicité sur mobile, mais pas tant que ça. Et le marché ne décolle pas car il y a trop peu de visibilité sur les résultats.

 

Quelle est votre ambition ?

Même si la crise est passée par là, j'ai déjà validé mon business model. Depuis novembre, PureAgency a déjà gagné plusieurs nouveaux clients comme Voyages-sncf, Cellfish Média, Auféminin, et Euromaster. La société, qui a réalisé 1,3 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2008 sera rentable cette année. Mon ambtition est de répondre aux attentes que j'avais en tête lorsque j'étais du côté de l'annonceur, et de mettre le focus sur ce qui est rentable pour lui.

Marketing mobile / Retour sur investissement

Annonces Google