Phorm s'attaque au ciblage comportemental de contenus


L'entreprise controversée vient de lancer une solution de ciblage comportemental des contenus sur Internet. Plusieurs FAI seraient intéressés.

Après la publicité en ligne, Phorm s'attaque au ciblage comportemental de contenus. L'entreprise américaine vient de lancer Webwise Discover, un service de ciblage censé permettre aux internautes de se voir proposer les contenus qui les intéresse, en fonction de l'analyse de leurs habitudes de surf. Encore en version beta, ce service gratuit pour les internautes, sera commercialisé auprès des fournisseurs d'accès qui souhaiteront le proposer à leurs abonnés.

Si un FAI choisit de mettre en place cette solution, ses abonnés se verront proposer d'intégrer le service. Après leur accord, Phorm analysera les sites et les types de contenus qu'ils recherchent. Les informations les plus susceptibles d'intéresser chaque internaute lui seront ensuite proposées via une page d'accueil personnalisée ou dans des widgets intégrés dans les pages de certains sites partenaires. Cette technologie pourra aussi être utilisée pour proposer à l'internaute des publicités en rapport avec ses centres d'intérêts.

Phorm affirme qu'aucune donnée personnelle ne sera collectée à l'insu des internautes via sa solution. Les informations médicales ou autres données sensibles ne seront pas non plus traitées par ce service, assure la société. Un internaute visitant un site à caractère pornographique, ne se verra pas par exemple proposer d'autres contenus du même type.

Au Royaume-Uni, la technologie publicitaire de ciblage comportemental de Phorm avait suscité des levées de boucliers contre le FAI BT, accusé d'avoir clandestinement, et à plusieurs reprises, testé son efficacité auprès de ses abonnés. Le même BT avait reconduit, officiellement cette fois, une nouvelle expérimentation en 2008 et en examine actuellement les résultats. D'autres FAI britanniques se montrent également intéressés par cette technologie, comme Virgin Media et Carphone Warehouse (qui a racheté les actifs britanniques de Tiscali et ceux d'AOL). Le sud-coréen TK la teste déjà.

Anciennement connue sous le nom 121 Media, Phorm a un passé sulfureux. En 2005, l'entreprise avait été la cible de plusieurs plaintes déposées devant la Federal Trade Commission américaine par des associations de protection des données personnelles l'accusant de fournir des logiciels espions aux annonceurs. PeopleOnPage, l'une des applications développées par 121Media, avait d'ailleurs été considérée comme un spyware par l'éditeur antivirus F-Secure.

Depuis, Phorm a cessé de distribuer sa solution en Amérique du Nord et se concentre sur l'international, notamment le Royaume-Uni, où la législation sur ce type de pratiques commerciales est plus souple. Cette situation pourrait cependant ne pas durer. En avril dernier, la Commission européenne a adressé un avis motivé à Londres sur le sujet, obligeant le Royaume-Uni à s'expliquer dans un délai de deux mois. Bruxelles estime en effet que la législation britannique ne protège pas assez le consommateur des dérives potentielles du ciblage.

Annonces Google