La blockchain, le maillon fort d’un écosystème sportif plus juste et inclusif

La blockchain pourrait se positionner comme un tremplin salvateur dans le système de sélection des prochains champions et ainsi faciliter leur entrée dans cette sphère encore trop fermée.

En 2017, deux Européens sur cinq pratiquaient a minima un sport une fois par semaine ; trois européens sur dix exerçaient par ailleurs une activité en club, soit près de 155 millions de licenciés sportifs sur l’ensemble du Vieux Continent. C’est sans compter les amateurs qui s’adonnent parfois à plusieurs sports, dans les parcs ou encore chez eux ! Dans ces conditions, difficile de repérer les talents qui pourraient "dynamiter" leur discipline. Les réseaux sociaux deviennent de facto une voie royale pour explorer le champ des possibles, et représentent un incroyable vivier planétaire pour la détection de talents sportifs... à condition de trouver un business model innovant.

Comme a pu le faire l’industrie musicale pour se réinventer, le monde du sport se réenchantera autour du digital pour combiner expérience de divertissement, performances, et expériences de sportifs professionnels et amateurs. Le bénéfice est double : donner plus de visibilité aux talents amateurs et faciliter leur mise en relation avec des soutiens potentiels afin de les aider à rencontrer leur destin. En filigrane, il est enfin temps de redonner au sport une image positive - et ses lettres de noblesse - jusqu’alors ternies par de nombreux scandales (dopage, corruption...) et autres inégalités salariales qui y restent impunies.

Une culture sociale portée sur l’ouverture

Mais quel dispositif pourrait permettre à un jeune talent de véritablement émerger parmi la multitude de sportifs amateurs dans le monde entier ? Cela reste complexe à imaginer sur les réseaux sociaux dans leur format actuel : plus de 600 000 heures de vidéos sont en effet téléchargées sur YouTube chaque jour ! Résultat : la communauté du sport se retrouve elle aussi noyée dans la masse.

Dans un système de détection concentré sur quelques institutions situées dans les pays les plus riches, comment alors se démarquer pour attirer l’attention des recruteurs, des fans, des sponsors et autres professionnels ? Grâce au principe même de la blockchain. Un système décentralisé et participatif qui, par sa proposition de valeur culturelle et monétaire différenciante, engagerait la communauté sociale sportive différemment.

La blockchain pour soutenir les talents sportifs

Pourquoi faire le pari de la blockchain ? Parce que les fondamentaux de cette technologie reposent sur la notion même de transparence et de partage d’informations. Une technologie ouverte à tous ou presque, décentralisée et transparente. En conséquence, chaque transaction passée appartient à la fois à personne et à tout le monde en même temps rendant ainsi le système complètement démocratique et robuste.

Une idée qui aujourd’hui séduit les réseaux sociaux, pourtant longtemps opposés au concept. En 2018, Twitter, Facebook, Instagram ou Google avaient même pris des mesures contre les monnaies virtuelles (souvent basées sur la blockchain), en interdisant la publicité. Et pourtant, Facebook devrait lancer sa propre crypto-monnaie cet été. Pourquoi ? Parce que ces crypto-monnaies trouvent tout leur sens naturel et leur intérêt au sein d’une communauté sociale. Leur intérêt : elles peuvent s’adapter précisément aux fonctionnalités proposées par un réseau social (récompenser des utilisateurs les plus actifs, opérer des campagnes de crowdfunding...) et évoluer au rythme du social media.

 À l’instar des monnaies fiduciaires, la valeur de ces monnaies virtuelles est corrélée au nombre d’utilisateurs qui peuvent se les échanger entre eux pour acheter des biens ou des services. En 2018, trois milliards de personnes possédaient au moins un profil social, soit plus du triple par rapport à 2010. Il importe désormais de déployer des moyens d’échanges communs et fédérateurs entre ces communautés. Voilà pourquoi les crypto-monnaies sont inhérentes au concept de décentralisation et de démocratisation de la détection des talents. En ce sens, elles représentent le futur des réseaux sociaux en tant qu’outil de mesure et de partage d’une valeur économique intangible créée par des millions d’anonymes. Et font de la blockchain, le rouage d’un écosystème inclusif, participatif, juste et résolument tourné vers l’avenir.

Une nouvelle génération de réseaux sociaux guidée par la méritocratie

Imaginez un modèle de réseau social sportif qui intègre une crypto-monnaie pour donner du pouvoir aux communautés de fans qui éliront les jeunes sportifs de demain, ce n’est pas une chimère. Le monde du sport est réellement au carrefour d’innovations en matière de financement et de l’émergence de nouveaux médias pour réinventer le divertissement de demain.

Inventer une plateforme mondiale de détection, décentralisée, de talents à la portée des professionnels du sport pour valoriser champions et championnes d’horizons multiples, c’est une promesse presque accessible.

Et si demain, vous deveniez sponsor du nouvel Usain Bolt ou du futur Kylian Mbappé ? 

La blockchain, le maillon fort d’un écosystème sportif plus juste et inclusif
La blockchain, le maillon fort d’un écosystème sportif plus juste et inclusif

En 2017, deux Européens sur cinq pratiquaient a minima un sport une fois par semaine ; trois européens sur dix exerçaient par ailleurs une activité en club, soit près de 155 millions de licenciés sportifs sur l’ensemble du Vieux Continent....