Les (nouveaux) géants du gaming mobile Space Ape Games : la relève

Le studio londonien, Space Ape Games, est encore loin de peser autant que les quatre poids lourds aux côtés desquels il figure dans notre dossier. Il n'empêche, la société lancée il y a moins d'un an par John Earner, ancien directeur général de Playfish (acquis par Electronic Arts), et certains de ses ex-collègues, pourrait très rapidement venir jouer les troubles fêtes.

Potentiellement 50 millions de CA dès le 1er exercice !

Son hit, "Samurai Siege", réalise déjà près de 65 000 dollars de chiffre d'affaires par jour, après un mois d'activité, et se présente comme un rival crédible à "Clash of Clans". "La société est donc potentiellement partie sur un chiffre d'affaires d'au moins 50 millions de dollars pour son premier exercice, c'est du jamais vu", s'enthousiasme Julien Codorniou. Preuve de sa confiance, Samurai Siege va d'ailleurs être mis en avant par Facebook, aux côté d'Outplay et Brainbow, auprès des 800 millions d'utilisateurs uniques que compte le réseau social. La levée de fonds de 4,4 millions de dollars, réalisée auprès d'Accel Partners,  Connect Ventures et Initial Capital en paraitrait presqu'anecdotique tant la société semble aujourd'hui capable de continuer à se développer en s'autofinançant. 

les samouraïs qui veulent détrôner 'clash of clans'
Les samouraïs qui veulent détrôner "Clash of clans" © Samurai Siege

Le positionnement samouraï mis à part, le jeu n'a pourtant rien de très innovant, se contentant de réexploiter les recettes  de jeux très connus tels que Clash of Clans, donc, mais aussi Backyard Monsters et Galaxy Life. Mais ses fondateurs sont dans le milieu de longue date et connaissent très bien les mécaniques d'acquisition. "Avec le Facebook Connect, on peut défier ses amis, chose que ne propose pas 'Clash of Clans'", illustre Julien Codorniou.