Le site de musique gratuite SpiralFrog disparaît


Présenté comme une révolution à son lancement, SpiralFrog n'a jamais été rentable. Son modèle gratuit n'a pas résisté à la baisse du marché publicitaire.

Un an et demi après son lancement officiel, le site américain de téléchargement gratuit de musique SpiralFrog a fermé jeudi 19 mars, indique le site Cnet.com. La société, lourdement endettée, n'a semble-t-il pas pu rembourser ses créanciers dans les temps, comme le suggérait il y a quelques semaines DigitalMusicNews.

Pourtant, le modèle économique adopté par SpiralFrog avait fait beaucoup parler du site lors de son arrivée sur le Web en 2006. Il reposait sur la publicité, qui devait financer l'utilisation gratuite du service pour les internautes.  La société avait réussi à lever 2 millions de dollars début 2008 et à convaincre les maisons de disques Universal puis Warner de diffuser leurs morceaux.

L'arrêt de SpiralFrog s'explique en partie par la baisse du marché publicitaire aux Etats-Unis, et celle du capital risque qui ne lui a pas permis de subsister. Mais les difficultés de la société sont plus anciennes. La société n'a jamais réussi à atteindre la rentabilité et avait arrêté de publier ses résultats en avril 2008. Elle avait emprunté à cette époque 9 millions de dollars, qu'elle devait rembourser un an plus tard.

Au-delà de son catalogue relativement limité, SpiralFrog a souffert de son choix d'utiliser des DRM dans les morceaux diffusés, alors que ces "verrous numériques" étaient progressivement abandonnés par l'industrie musicale. En France, le site Airtist, a choisi le même modèle mais sans inclure de DRM (Lire Airtist mise sur la pub pour distribuer de la musique gratuite, du 21/12/07).

API / DRM

Annonces Google