Fenêtre VoD : les cinémas craignent une baisse des entrées


La fédération des cinémas français s'inquiète d'un amendement visant à réduire la chronologie des médias pour lutter contre le piratage.

La Fédération nationale des cinémas français (FNCF) s'étonne d'un amendement déposé par le député UMP des Hauts-de-Seine, Frédéric Lefebvre, visant à raccourcir les délais de commercialisation des films en DVD et via la VoD après leur sortie en salle. Ce texte, déposé dans le cadre du projet de loi de réforme de l'audiovisuel public, suggère de réduire ces délais afin de réduire le piratage des films.

Actuellement, cette durée est comprise entre six et dix-huit mois. Frédéric Lefebvre souhaite ramener ce délai à une fourchette allant de trois à six mois. Interrogé par "Les Echos", le président de la FNCF, Jean Labbé, dénonce cette proposition qui aura pour conséquence directe de faire perdre des entrées aux cinémas. Selon le quotidien, plus d'un millier de salles sur les 5 300 cinémas français survit déjà grâce aux subventions de l'Etat.

Le président de la FNCF reproche au député de vouloir toucher à la chronologie des médias, "qui ne se règle pas seulement par des amendements, mais aussi par la discussion interprofessionnelle". Jean Labbé préfère d'ailleurs qu'une telle négociation soit inscrite dans le cadre de la loi Création et Internet, qui vise à lutter contre le piratage, plutôt que dans celle de réforme de l'audiovisuel public.

En cas de réduction effective de la chronologie des médias, la FNCF souhaite enfin obtenir des compensations pour les salles obscures. Une baisse du prix auquel les exploitants louent les films ou une hausse du taux de réversion du compte de soutien aux salles seraient les bienvenues. La fédération prône également que le délai de diffusion des films en DVD et VoD soit modulé en fonction de leur succès en salles. Les titres faisant le moins d'entrées seraient proposés plus rapidement sur d'autres supports.

API

Annonces Google