Les internautes européens plaident pour la neutralité du Net


90 % des internautes européens attendent de leur fournisseur d'accès qu'il ne limite pas l'accès à certains sites ou services sur Internet.

Une grande majorité d'Européens veulent un Internet ouvert. En tout cas en France, au Royaume-Uni et en Allemagne, où a été conduite une étude par l'institut Synovate. 90 % des près de 1 000 répondants disent attendre de leur fournisseur d'accès à Internet (FAI) qu'il ne limite pas l'accès à certains sites.

Cet attachement à la "neutralité du Net" est défendu notamment par les éditeurs de sites comme Google et Yahoo, qui ont justement commandité cette étude avec le service téléphonique Skype. Une manière d'influencer les institutions européennes, qui doivent discuter dans les prochains jours de l'ensemble de mesures du "Paquet Télécom".

Selon le bureau des associations européennes de défense des consommateurs (Beuc), ces chiffres montrent que l'Europe doit garantir un Internet ouvert. "Nous leur demandons expressément de conserver dans le texte final le principe de ‘neutralité du Net' et de veiller à ce que les consommateurs bénéficient toujours d'un accès ouvert à Internet", indique un communiqué du Beuc.

Or, si les Européens interrogés sont favorables à cet Internet ouvert, beaucoup manquent d'informations sur le sujet. Ainsi, moins de 10 % connaissent la façon dont leur FAI gère l'accès à Internet et 44 % seulement le soupçonne quand un site Web est inaccessible. Par ailleurs, si leur FAI bloquait des sites, de 7 à 15 % des répondants seraient prêts à choisir un concurrent plus cher.

Europe / Concurrence

Annonces Google