Le gouvernement déclare la guerre aux sites de téléchargement illégal

Le ministère de la culture vient de présenter un nouveau plan de lutte contre le téléchargement illégal. Au menu : mise à mort des sites de piratage, via le blocage ou l'assèchement du financement.

Les internautes téléchargeant illégalement des œuvres ne sont pas les seuls à être dans le viseur du gouvernement. La ministre de la Culture Fleur Pellerin a présenté mercredi, lors du Conseil des ministres, un plan d'action visant à lutter contre les sites de streaming, téléchargement ou de référencement d'œuvres piratées.

Au programme, d'abord, l'assèchement des modes de financement de ces sites. Le gouvernement va ainsi faire signer courant mars une charte entre les acteurs de la publicité et les ayants-droit, puis une charte avec les acteurs du paiement en ligne en juin. Objectif : s'assurer que ces acteurs ne contribueront plus au financement des sites illégaux. Le gouvernement souhaite aussi multiplier les blocages de site. Fleur Pellerin a en effet annoncé que les procédures de blocage seront accentuées.  

Enfin, "une réflexion sur la responsabilité de certaines plateformes de partage de vidéos qui non seulement hébergent mais assurent également un rôle de distribution voire d'éditorialisation des œuvres sera menée", annonce Fleur Pellerin, relançant la question de la responsabilité des hébergeurs.

Hébergeurs

Annonces Google