Cinq projets serious gaming et Web 2.0 retenus par NKM Cinq projets serious gaming et Web 2.0 retenus par NKM

La secrétaire d'Etat à l'Economie numérique a présenté le 15 septembre les 92 projets retenus dans le cadre des appels à projets "serious gaming" et "Web 2.0" lancés au printemps à l'occasion du plan de relance numérique. 35 millions d'euros vont leur être attribués.

 

Au total, 166 projets serious gaming ont été déposés par une grande majorité de PME-TPE pour un budget total avoisinant 145 millions d'euros et une demande d'aide proche de 67 millions d'euros. Ces candidats regroupaient des acteurs spécialistes du domaine, des sociétés de jeu vidéo cherchant à se diversifier pour échaper à la crise, des associations de sensibilisation du grand public mais également des grands comptes tels qu'EDF, la RATP ou le quotidien "Le Monde".

 

luc rousseau (directeur général de la compétitivité de l'industrie et des
Luc Rousseau (directeur général de la Compétitivité de l'industrie et des services) et Nathalie Kosciusko-Morizet © Journal du Net / Flore Fauconnier

Les thématiques les plus souvent retenues : l'enseignement et la formation, la santé et la médecine, et enfin les entreprises. Le comité de sélection, piloté par la Direction général de la compétitivité de l'industrie et des services (DGCIS), a retenu 48 projets, dont les demandes d'aides vont de 184 000 à 577 000 euros.  

 

Côté Web 2.0, ce sont 340 dossiers qui ont été envoyés pour répondre à l'appel à projets, pour un budget total d'environ 250 millions d'euros et 110 millions d'euros de demandes d'aide. L'appel mettait en avant deux thématiques : le développement de services Web innovants dans les systèmes d'information des entreprises, ainsi que l'utilisation astucieuse des données publiques.

 

Mais d'autres thématiques ont beaucoup été exploitées, notamment les réseaux sociaux grand public, le Web sémantique, l'identité numérique, la vie citoyenne, la musique ou encore le recrutement. 44 projets ont été retenus, dont les demandes d'aides s'échelonnent de 75 000 à 800 000 euros.