Info JDN : l'adtech française Scibids lève 2,2 millions d'euros

Info JDN : l'adtech française Scibids lève 2,2 millions d'euros La start-up qui met ses algorithmes de machine learning au service des trading desks va ouvrir plusieurs bureaux à l'étranger. Elle y réalise déjà plus de 50% de son chiffre d'affaires.

Le spécialiste du machine learning appliqué à la publicité programmatique, Scibids, vient de boucler une levée de 2,2 millions d'euros. Cette levée de fonds menée par Iris Capital intervient un an après un premier tour de table de 600 000 euros auprès de business angels. Elle doit permettre à la société fondée par Rémi Lemonnier et Julien Hirth d'accélérer son développement commercial. "Le choix d'Iris Capital s'est fait tout naturellement, c'est un des meilleurs fonds français en ce qui concerne l'adtech, avec des sociétés comme Adotmob, Armis ou Singlespot dans son portefeuille", explique Rémi Lemonnier.

Scibids, qui revendique une hausse mensuelle de 25% de son chiffre d'affaires, réalise plus de 50% de son activité aux Etats-Unis, sans qu'aucun de ses collaborateurs n'y soit installé de façon permanente. Sa promesse : baisser les coûts d'acquisition des agences de 30 à 40%, marge Scibids comprise, assure à ce spécialiste de l'optimisation contextuelle de nombreux appels entrants dans les 11 pays où il est présent. Le géant de l'adtech Appnexus, qui n'hésite pas à pousser la solution auprès de l'écosystème, est aussi un allié de poids. "Nous pouvons déjà nous appuyer sur un réseau de revendeurs pour des marchés comme les Etats-Unis, l'Océanie ou l'Asie. Mais l'ouverture de bureaux locaux nous permettra de nous y développer encore plus vite", ajoute Rémi Lemonnier.

Côté produit, la promesse reste la même : proposer, pour chacun de ses clients, une enchère la plus juste possible pour chaque bid request reçue. Scibids continue à investir en R&D à cette fin. Un effort indispensable pour construire une barrière à l'entrée dans un secteur très concurrentiel. "Nous voulons être disponible au sein des plateformes d'achat qui concentrent la majorité des investissements publicitaires. Nous sommes intégrés au DSP The Trade Desk depuis peu et encore en beta chez Facebook", poursuit Rémi Lemonnier. Le fondateur de Scibids expliquait en mai dernier au JDN avoir un vrai rôle à jouer au sein de la plateforme pour "les campagnes qui génèrent peu de conversion, lorsque les trading desks veulent garder le contrôle sur leurs CPM moyens tout en optimisant leur CPA". Et "pour les annonceurs qui veulent répartir algorithmiquement leurs investissements selon différents jeux de création publicitaires, ce que ne permet pas Facebook."

Et toujours :

Annonces Google