Le groupe Hi-Media rachète la régie Adlink Media pour 29,4 millions d'euros Préparer une offre européenne pour l'après-crise

Cependant, compte-tenu de la conjoncture économique, est-ce vraiment le bon moment pour investir ? "Par cette opération, nous préparons la sortie de crise du marché, indique Cyril Zimmermann. Les budgets continuent de basculer du off line vers le on line et l'ensemble des instituts de recherche comme des banques tablent sur la reprise rapide d'une croissance à deux chiffres pour le marché de la publicité en ligne. Notre offre sera l'une des seules à pouvoir répondre aux besoins d'annonceurs pour leurs campagnes européennes mais aussi d'éditeurs européens qui cherchent un seul interlocuteur pour gérer leur espaces publicitaires." 

 

"Par cette opération, nous préparons la sortie de crise du marché"

Le patron de Hi-Media ajoute que le développement de l'activité régie devrait aussi contribuer à celui du micropaiement, et vice-versa. "A l'heure actuelle, 25 % de notre chiffre d'affaires est constitué par les clients qui utilisent à la fois notre régie et nos solutions de micropaiement." Avec le rachat d'Adlink Media, Hi-Media va compter environ 280 000 sites clients : 20 000 pour la régie seule et 260 000 pour les solutions de micro-paiement. Ce qui représente un potentiel important pour l'une et l'autre des deux activités. Le PDG du groupe français table sur un chiffre d'affaires généré à 60 % par l'activité de régie en 2009, avant que l'équilibre ne se rétablisse courant 2010 entre les deux activités.

 

Enfin, l'une des deux marques devrait disparaître d'ici la fin de l'année 2009, mais le PDG d'Hi-Media ne souhaite pas encore dévoiler laquelle, d'autant que celle d'Adlink Media est très connue de certains marchés locaux.

 

Quant au groupe, il devrait pour le moment poursuivre ses activités en toute indépendance, puisque son PDG estime n'avoir aucune raison opérationnelle ou stratégique de faire autrement.

Micropaiement / HI-MEDIA