Liverail de Facebook s'ouvre au mobile et au display

Liverail de Facebook s'ouvre au mobile et au display Le positionnement de Facebook comme acteur technologique publicitaire d'envergure se confirme. Tout le monde peut désormais profiter de ses options de ciblage.

Rencontré par le JDN il y a quelques semaines, le gourou de la publicité chez Facebook, Brian Boland, préférait alors éluder toutes les rumeurs relatives au développement de Liverail, la solution SSP acquise fin 2014. Et nous invitait à attendre F8, la fameuse conférence dédiée aux développeurs pour en savoir plus.

Le SSP de Liverail ouvert au mobile et au display, pour tous les éditeurs

Le jour J, Facebook n'a donc pas vraiment surpris, confirmant les rumeurs égrenées depuis quelques mois déjà, annonçant le déploiement d'une offre publicitaire full-stack, à destination des éditeurs, Liverail. Cette dernière plateforme initialement orientée vidéo s'ouvre ainsi au display traditionnel, sur tous les devices (ordinateur et mobile). Car Liverail se tourne résolument vers le mobile (70% du chiffre d'affaires publicitaire de Facebook à ce jour) avec le lancement d'une plateforme mobile in-app qui permettra aux éditeurs d'optimiser la commercialisation de leur inventaire vendu en direct et auprès des sources programmatiques que sont les DSP, les ad-network (dont Facebook Audience Network) et les trading desks. "Des outils de contrôle avancé permettront aux éditeurs de donner la priorité à certains acheteurs, de bloquer certains types de publicités, de disposer de reporting en temps réel et d'optenir des pistes d'amélioration dans la gestion de leur inventaire publicitaire". Liverail commercialisera tant des emplacements de native ads que des bannières display traditionnelles.

Des outils de ciblage qui séduisent à l'heure du cross-device

Facebook espère que son capital inégalé de data lui permettra de séduire nombre d'éditeurs plus tentés par l'approche "individu" de Facebook que celle qui repose sur les cookies et que propose le reste du marché. Un autre paradigme qui permet à Facebook d'atteindre un taux d'"identification" (anonymisé bien sûr) de 92% sur display contre 59% à la moyenne du marché, comme le rappelait Brian Boland : "Liverail permettra le ciblage anonymisé des utilisateurs Facebook selon leur âge et leur sexe pour permettre aux éditeurs de diffuser des publicités plus pertinentes et améliorer leur taux de couverture sur cible", explique ainsi la société. Autre ambition : continuer à contribuer au basculement des investissements des annonceurs depuis le Web fixe vers le mobile, comme l'a permis le succès des formats "app install". "Les annonceurs consacrent à peine 10% de leur budget pub au mobile, alors que les Américains passent près de 25% du temps qu'ils passent sur les médias, sur mobile". L'extension de ses capacités de ciblage au reste du monde mobile devrait largement aider à combler ce retard. Les tests qui seront menés avec les premiers partenaires dans les semaines à venir devraient permettre d'en savoir plus. 
Avec les déploiements d'Atlas, côté annonceurs, et Liverail, côté éditeurs, Facebook confirme quoi qu'il en soit que sa priorité est aujourd'hui d'étendre les options de ciblage disponibles sur sa plateforme au reste de l'écosystème Web. Et de devenir un acteur technologique publicitaire d'envergure.

Annonces Google