Recrudescence des virus au sein de la pub sur le Web


La structure du marché de la publicité en ligne tenderait à multiplier les risques de voir des virus parasiter certaines campagnes display.

Les bannières publicitaires hébergent parfois des virus. Le site Web américain Mlb.com en janvier 2009, ou encore certains sites du groupe News Corp (tels qu'Americanidol.com, Foxnews.com et Ign.com) en février et Digitalspy.co.uk fin mai en ont fait les frais, selon le "Wall Street Journal".

Ces usages malfaisants des publicités graphiques peuvent prendre plusieurs formes : un virus hébergé directement dans la bannière ou des bannières qui renvoient vers des sites malveillants, etc. Le risque pour l'internaute est par exemple de télécharger le virus ou de se faire voler des données personnelles (codes d'accès, identifiants, etc.).

En février, le site d'actualité technologique Eweek.com a diffusé une bannière soit disant pour le compte de la marque Lacoste mais elle avait été placée là par un hacker. Si un internaute cliquait sur la bannière, il était redirigé vers un site qui plaçait sur son poste des programmes malveillants

Bien qu'étant loin d'être né hier, le problème semble s'accentuer par la mutltiplication des intermédiaires sur le marché de la publicité en ligne et donc des failles potentielles. Les places de marché fonctionnant par système d'enchères seraient ainsi risquées selon le journal américain. Le fait également pour les éditeurs de ne plus gérer la monétisation de leur inventaire en interne ou encore de multiplier les prestataires pour maximiser les chances de vendre leurs espaces publicitaires seraient sources de risques.

Néanmoins, il faut reconnaître que les sites réagissent promptement à ce type d'attaque et retirent les publicités en l'espace de quelques heures à peine. Et les mastodontes du marché comme Google ou Microsoft multiplient les dispositifs de sécurité visant à scanner bannières et sites Web à la recherche de codes malveillants.

Annonces Google