A quoi pourrait ressembler une offre mobile de Free ? Couverture

Le nouvel entrant obtiendrait au minimum 5 MHz dans la bande des 2,1 GHz (3G), ainsi que 5 mega dans la bande des 900 MHz (2G). Pas assez pour construire un réseau national, selon plusieurs analystes, même si les opérateurs ont été autorisés en février 2008 à utiliser la bande des 900 MHz pour leurs services 3G. "Certaines zones géographiques ont besoin de plus de fréquences que d'autres. Et quand la ressource en bande passante est rare, il faut faire des choix", explique Stéphane Lelux, président du cabinet Tactis.


Un avis partagé en partie par Pierre Carbonne, de l'institut Idate. "Il y aura un arbitrage à faire entre l'investissement dans le réseau, la couverture et les services proposés".
 
Free a déjà annoncé qu'il investirait 1 milliard d'euros pour développer son éventuel réseau mobile. Un réseau qui ne devrait donc pas être national, selon plusieurs analystes, qui voient plutôt Free choisir de se concentrer sur les zones les plus densément peuplées.

Pourtant, le fournisseur d'accès Internet annonce bien une couverture nationale. Il compte pour cela conclure des accords d'itinérance avec les autres opérateurs. Des accords nationaux qui n'existent aujourd'hui que pour les 'zones blanches' peu couvertes, mais que prévoyait le dernier appel à candidature 3G de l'Arcep.