Simyo, le MVNO 100 % Internet de KPN se lance en France

Le MVNO low cost de l'opérateur néerlandais KPN se lance lundi 12 janvier. Il propose une offre mobile prépayée, distribuée uniquement sur Internet, à 19 centimes la minute. Pour percer, Simyo veut cultiver la différence.

L'opérateur historique néerlandais KPN lance un MVNO en France. Utilisant le réseau de Bouygues Télécom, il lance Simyo, une offre déjà présente dans plusieurs pays européens, dont l'Allemagne, la Belgique, et l'Espagne depuis janvier 2008. L'initiative est ambitieuse. En effet, le marché est loin d'être dynamique : les MVNO en France totalisent, au 30 septembre 2008, 2,66 millions de clients, soit seulement 4,90 % du marché. Les conditions sont difficiles et peu sont rentables. Certains ont commencé à faire marche arrière, comme Debitel, racheté par SFR, Ten par Orange, ou NRJ Mobile, dont NRJ s'est désengagé au profit du Crédit Mutuel-CIC.

 

simyo
Pascal Duquenne assure le lancement de Simyo à la télévision. © JDN

Pour réussir sa percée sur le marché français, KPN mise sur le modèle low cost de Simyo. Créé en 2005 en Allemagne, le MVNO se présente comme le "Easy Jet de la téléphonie mobile". Distribué uniquement sur Internet, il tire ainsi ses coûts de structure au minimum. Son positionnement repose sur la simplicité de l'offre, basée sur un modèle de cartes prépayées. Simyo propose ainsi un tarif unique de 19 centimes la minute, contre "55 centimes pour les offres prépayées d'Orange et de SFR", précise Gaël de Talhouët, directeur marketing France de Simyo.

 

L'abonné gère son compte en ligne. Les crédits qu'il achète sont disponibles trois mois. Simyo propose par ailleurs une option gratuite afin de limiter la consommation, équivalent à un forfait bloqué, ainsi que la possibilité de créditer automatiquement son compte chaque mois d'une certaine somme. Le prix du SMS est quant à lui de 10 centimes d'euros. Enfin, l'accord avec Bouygues porte aussi la location des réseaux Edge et 3G de l'opérateur, ce qui permet donc à Simyo de proposer une offre d'Internet mobile à 0,05 euro pour 10 Ko de données.

 

Si le modèle du MVNO est de proposer une offre en rupture avec les prix du marché, la réalité est moins évidente en France que dans le reste des pays dans lesquels il est présent. Certes, le profil de son offre se démarque de ses concurrents, mais à 19 centimes d'euros la minute (11,80 euros l'heure), cette rupture tarifaire est moins évidente qu'en Allemagne ou en Belgique où il propose, respectivement, 9 centimes et 5 centimes la minute.

 

Cependant, Siymo mise sur la différenciation de son offre pour toucher le marché grand public, persuadé que l'avenir est au low cost. "Le marché français et comparable au marché Allemand lorsque Simyo a débuté, explique Gaël de Talhouët. Aujourd'hui, le segment du low cost représente 25 % du marché atteindra 40 % à terme. C'est une évolution naturelle de la consommation quand les consommateurs sortent du giron des offres des opérateurs". Très discret sur la réussite financière de Simyo en Europe, KPN se garde bien de communiquer le moindre objectif.

 

Mais pour afficher sa différence, Simyo a décidé de frapper très fort dans sa communication grand public. Il a choisi le comédien trisomique Pascal Duquenne pour incarner la marque dans un spot de télévision. Un pari osé pour la marque, mais qui aura sans doute le mérite de faire du buzz. Ce qui n'est pas un hasard puisque la campagne de communication de Simyo en France est orchestrée par l'agence Buzzman.

Annonces Google