Anthony Poyac (Prixtel) "Les MVNO ne font pas preuve de créativité"

Au milieu des annonces de nouveaux forfaits mobiles (Coriolis, Virgin mobile...), Prixtel lance un forfait voix illimitée à 49,99 euros par mois. Son directeur général, Anthony Poyac, présente sa nouvelle offre.

Qui est Prixtel et que proposez-vous?

Prixtel est un MVNO qui existe depuis 2004. Nous nous sommes d'abord positionnés sur le marché professionnel avant de nous tourner vers le grand public en 2008 via le réseau de SFR. Nous avons notamment lancé en début d'année un forfait évolutif qui permet à un abonné de payer son forfait au tarif le plus avantageux proposé par l'un des principaux opérateurs. Au total, nous avons 45 000 clients, dont la moitié sont des professionnels. Cette fois-ci, nous lançons un forfait voix illimitée à 49,90 euros pas mois. Il y a cependant deux restrictions : le nombre de correspondants est limité à 99 par mois, afin d'éviter que l'appareil ne serve de cabine téléphonique, et un appel est limité à 2 heures maximum. L'offre est officiellement disponible à partir du 22 juin, mais l'on peut déjà réserver un forfait en nous appelant.

Comment une telle offre est-elle possible ?

Pour plusieurs raisons. Cela tient d'abord à notre modèle low cost. Prixtel n'emploie qu'une dizaine de personnes. En outre, nous n'avons pas de réseau d'agences à notre charge, nous distribuons nos offres uniquement sur Internet et par téléphone. Et nous ne faisons pas non plus de publicité télé ou radio... Par ailleurs, la baisse du coût des terminaisons d'appel qui intervient le 1er juillet rend ce type d'offres possible (lire l'article : Vers une baisse du prix des appels sur mobiles ?, du 03/12/08). Cela faisait plusieurs mois que nous comptions lancer une offre voix illimitée, mais cela n'était pas possible jusque-là.

Comment expliquez-vous que malgré la multiplicité des acteurs et des offres, la part de marché des MVNO soit toujours inférieure à 5 % ?

Si l'on regarde bien ce marché, tout le monde y va de ses forfaits mais sans faire preuve de beaucoup de créativité. Il y a donc peu d'intérêt pour l'abonné de changer d'opérateur à part économiser deux ou trois euros par mois. Il faut proposer une offre différenciante pour se faire une place sur ce marché, et c'est ce que nous proposons. Selon l'Arcep, un abonné débourse environ 45 euros par mois pour sa facture téléphonique. Cela correspond grosso modo à 2 heures de communication en semaine avec illimité les soirs et week-end. Notre offre est donc vraiment en rupture.

Annonces Google