Les plaintes contre les opérateurs télécoms sont en baisse


Le secteur des télécoms ne représente plus que 23,5 % des plaintes reçues par la DGCCRF, devancé par les produits non alimentaires.

En matière de plaintes de clients, les télécoms ne sont plus les mauvais élèves. Le secteur a représenté 23,5 % des plaintes reçues au second semestre 2008 par la DGCCRF (Direction générale de la concurrence de la consommation et de la répression des fraudes), selon le troisième baromètre semestriel sur le sujet présenté le 3 mars par le secrétaire d'Etat à l'Industrie et à la Consommation Luc Chatel. Sur la première moitié de l'année, la proportion atteignait 28,3 %.

Le nombre de réclamations concernant les télécoms baisse, de 3 455 sur les cinq premiers mois 2008 à 2 685 sur les sept derniers. Tous secteurs confondus, la DGCCRF a enregistré un léger recul des plaintes reçues (69 143 contre 70 005 au premier semestre). Concernant la nature des réclamations télécoms, celles qui concernent la vente forcée et l'écrasement de ligne sont deux fois moins nombreuses, mais les contestations de factures progressent.

Les opérateurs et fournisseurs d'accès font donc mieux désormais que les vendeurs de "produits non alimentaires", dont une grande partie des plaintes portent sur de la vente en ligne. Pourtant, les grands opérateurs se situent dans le top cinq des dix entreprises ayant fait l'objet du plus grand nombre de plaintes. Deux marchands en ligne font partie du top 10. La Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad) a remis au secrétaire d'Etat ses propositions (Lire La Fevad veut généraliser le paiement à l'expédition, du 03/30/09).

Afin de limiter les abus et plaintes concernant l'Internet mobile, Luc Chatel a demandé aux opérateurs de mettre en place des systèmes d'alerte et de blocage de la consommation.

Concurrence

Annonces Google