Automobile : 5 innovations pour attirer les jeunes... et les autres

Automobile : 5 innovations pour attirer les jeunes... et les autres Les constructeurs introduisent de plus en plus d'électronique grand public dans l'habitacle.

Pourquoi diable les constructeurs automobiles dépensent-ils autant d'énergie à tenter d'attirer les jeunes de la génération Y dans leurs filets ? Après tout, les 18-30 ans conduisent moins que leurs ainés et obtiennent leur permis de conduire de plus en plus tard. Oui mais voilà, en 2012, ce segment de la population représentait à lui seul 40% des acheteurs de voitures dans le monde, d'après une étude publiée par le cabinet iModerate Research Technologies. De quoi affoler les compteurs des constructeurs automobiles.

Le hic, c'est que le smartphone a récemment détrôné la voiture comme symbole ultime de liberté dans l'imaginaire des jouvenceaux qu'ils traquent. Qu'à cela ne tienne. Les fabricants mettent le cap sur le numérique et s'échinent à sortir des véhicules dits connectés, car capables d'interagir avec les systèmes électroniques qui les entourent au même titre que des smartphones. Voici une liste (sans prétention d'exhaustivité aucune) d'innovations qui permettront peut-être aux géants de l'industrie automobile de s'octroyer les faveurs des plus jeunes. Même si ces nouveautés sont avant tout destinées à séduire le plus grand nombre.

Un voiturier automatique

assistant de vision de nuit audi
Grâce à une caméra infrarouge postée sur la calandre, l'assistant de vision de nuit proposé par Audi filme ce qui se passe sur plusieurs centaines de mètres et transmet les images à un écran de bord. © Audi

Tout le monde n'a pas la vue suffisamment perçante pour dénicher la seule et unique place libre dans un parking saturé. Présenté par l'équipementier français Valeo au dernier Salon mondial de l'automobile de Francfort, le système de stationnement 100% automatique baptisé Valet Park4U s'occupe de tout, de la recherche de l'emplacement à la réalisation de la manœuvre. Le conducteur n'a qu'une chose à faire : activer le dispositif depuis son smartphone. Un vrai voiturier, l'uniforme en moins, qui devrait équiper les premiers véhicules grand public dès 2017. Le constructeur américain Ford s'est, lui aussi, positionné sur ce créneau avec un prototype de Ford Focus doté d'un système de stationnement 100% automatique. Mais contrairement à la technologie que propose Valeo, l'ordre se donne depuis une télécommande et non depuis un smartphone.

Un assistant de vision de nuit

C'est bien connu, la nuit, tous les chats sont gris. Et ils ne sont pas les seuls : dans l'obscurité, repérer les piétons qui déambulent – et, plus généralement, tout autre mammifère susceptible de traverser la route inopinément – n'est pas chose aisée, surtout par temps de brouillard. Plusieurs constructeurs, dont Audi avec son coupé S7 Sportback et Mercedes avec la nouvelle Classe S, ont donc décidé d'équiper certains de leurs modèles d'une caméra infrarouge. Postée sur la calandre, elle filme ce qui se passe sur plusieurs centaines de mètres et transmet les images à un écran de bord. Une technologie qui permet à la fois d'épargner de grosses frayeurs aux automobilistes et d'introduire une touche supplémentaire de high-tech dans un habitacle déjà fortement digitalisé.

Un écran de bord qui affiche le contenu des smartphones

La plupart des véhicules vendus par le groupe General Motors outre-Atlantique disposeront d'une connexion 4G embarquée dès 2014

Quand on sait qu'un utilisateur consulte son smartphone une fois toutes les six minutes trente en moyenne – c'est ce qu'affirme le spécialiste des nouvelles technologies Tomi Ahonen – difficile d'imaginer qu'il puisse s'en abstenir pendant toute la durée d'un déplacement en voiture. En France métropolitaine, cette dernière s'élevait en moyenne à 17 minutes en 2008, d'après l'Insee. Dans l'optique d'apporter toujours plus de sécurité à leurs clients chéris, les constructeurs du monde entier, via le Consortium de la connectivité automobile qu'ils ont formé avec les équipementiers et les spécialistes des télécommunications et de l'électronique grand public, ont lancé MirrorLink. Non, il ne s'agit pas d'un nouveau personnage de Zelda mais d'un système de connectivité qui permet au conducteur de contrôler son smartphone grâce aux commandes du tableau de bord. Dans ce cas de figure, c'est la voiture qui fait office d'accessoire et non le smartphone.

Une connexion 4G embarquée

Le constructeur General Motors l'a promis début 2013 au Congrès mondial des mobiles à Barcelone : la plupart de ses véhicules vendus aux Etats-Unis et au Canada sous les marques Chevrolet, Cadillac, GMC et Buick disposeront d'une connexion 4G à partir de 2014. A priori, rien de révolutionnaire si ce n'est que, pour capter les fréquences de l'opérateur AT&T, avec lequel le groupe américain a signé un accord, les voitures ne passeront plus par un smartphone mais directement par une antenne. D'autres fabricants bûchent sur la question du très haut débit embarqué. C'est notamment le cas d'Audi qui a déjà introduit la 4G dans la version Sportback de son Audi S3. A partir de novembre prochain, tous les modèles de la gamme seront équipés d'un module émetteur-récepteur permettant aux passagers d'accéder aux services connectés à l'intérieur de l'habitacle.

Des sièges intelligents

siège smartfit faurecia
Le siège SmartFit, conçu par l'équipementier Faurecia, se règle depuis un smartphone. © Faurecia

Bien mal assis ne profite jamais. Le siège automobile joue un rôle clé dans ce que les équipes marketing des constructeurs automobiles appellent "l'expérience conducteur". C'est pourquoi les équipementiers s'y intéressent de très près. Et comme aujourd'hui la tendance est à la digitalisation de tout ce qui se trouve dans l'habitacle, les concepts de sièges connectés fleurissent. En témoignent les innovations mises au point par le français Faurecia telles que SmartFit, un siège que le conducteur peut régler depuis son smartphone en entrant des informations sur sa morphologie dans une application dédiée. Plus récemment, au dernier salon automobile de Shanghai, Faurecia a dévoilé Oasis, un concept de siège intelligent spécialement conçu pour les places arrière des limousines permettant aux passagers, entre deux visioconférences, de procéder à l'ensemble des réglages via un écran tactile fixé au dossier du siège avant.

Sur le papier, toutes ces innovations ont le potentiel de susciter l'engouement des conducteurs âgés de 18 à 30 ans. Mais dans la pratique, la stratégie qui consiste à introduire toujours plus de numérique dans l'habitacle pour séduire ce segment de la population n'a de sens que si ces technologies sont incorporées dans des modèles que les jeunes de la génération Y ont les moyens de s'offrir. Ce qui ne sera pas forcément le cas avant cinq à dix ans.

Tendances

Annonces Google