Faguo, des baskets qui ont du cran

Faguo, des baskets qui ont du cran Fondée il y a 4 ans par deux étudiants en école de commerce, la marque fait partie des projets encore en lice pour le prix Unibail-Rodamco.

Du cran, il en fallu à Frédéric Mugnier et Nicolas Rohr, tous deux âgés de 26 ans, pour lancer Faguo – qui veut dire "Français" en Chinois – leur marque de baskets "casual". "Rares sont les acteurs qui tentent de bousculer le secteur" dominé par Paul Smith, Fred Perry et Converse, déplore Nicolas Rohr.

faguo les chics types © 35
Nicolas Rohr et Frédéric Mugnier n'avaient que 22 ans lorsqu'ils ont fondé Faguo en 2009. © Les Chics Types

C'était sans compter sur les deux amis, tous deux étudiants en 2e année d'école de commerce lorsqu'ils décident, en 2009, de se frayer un chemin. "Nous étions tous les deux passionnés d'entreprenariat et de mode, confie Nicolas Rohr. Au retour de notre échange universitaire en Chine, nous avions envie de gérer un projet de A à Z. Nous sommes allés voir notre directeur pour lui annoncer que nous ne voulions pas effectuer un stage conventionné, comme prévu, mais monter notre propre structure."

Quelques mois plus tard, les deux acolytes avaient réfléchi à un business plan, réalisé une étude de marché, levé des fonds en "love money" – leurs amis ont acheté 30% du capital pour 50 000 euros et les deux acolytes ont emprunté le reste à leurs banques en contractant des prêts étudiants – puis trouvé un fabricant. "Nous produisons en Chine. Le Made in France, c'est bien pour l'industrie agroalimentaire, mais ça n'est pas optimal pour l'industrie textile, estime le jeune homme. Produire une paire de baskets nous coûte 10 euros, nous la vendons 20 euros à notre distributeur qui la revend 50 euros au client. En France, le prix des matières premières et le coût des salaires sont tels qu'il faut avoir la bourse qui va avec. Au contraire, nous voulions que nos produits restent accessibles aux étudiants."

La population estudiantine constitue en effet leur cœur de cible. Rien d'étonnant, donc, à ce qu'ils aient axé la communication de leur marque autour d'elle. "Nous avons créé une page Facebook qui a grandi très vite. Nous sommes passés de 500 à 7 000 inscrits en un mois et demi", se souvient le jeune homme.

"Le Made in France, c'est bien pour l'industrie agroalimentaire, mais ça n'est pas optimal pour l'industrie textile"

Déjà, le "buzz" dont Faguo fait l'objet dans les grandes villes de France, avant même le lancement de la marque, dépasse leurs espérances. Et les deux jeunes entrepreneurs n'ont encore rien vu puisqu'ils parviendront à écouler leurs 5 000 premières paires de baskets en 15 jours au lieu... d'un an. Il faut dire que, dès le début, Frédéric Mugnier et Nicolas Rohr ont tout mis en œuvre pour émoustiller les jeunes gens de leur génération. Organisation de ventes privées dans des appartements, "où on pouvait prendre une bière et repartir avec une paire de chaussures", plantation d'un arbre à chaque produit vendu – pour cela, Faguo fait appel au pépiniériste français Naudet – et animation d'une communauté qui rassemble aujourd'hui plus de 41 000 fans. Les deux associés organisent régulièrement des évènements comme la Faguo poursuite, une chasse au trésor virtuelle dans Paris qui a réuni 300 personnes en juin dernier.

Un marketing new-age qui a porté ses fruits. Nicolas Rohr ne s'en cache pas : "En septembre dernier, nous avons réussi une levée de fonds de 1,5 million d'euros auprès d'un industriel privé". En 2012, l'entreprise a enregistré un chiffre d'affaires de 2,1 millions d'euros – dont 25% grâce à l'export – et écoulé 180 000 produits. Des baskets, mais pas que : à la demande de leurs clients, Frédéric Mugnier et Nicolas Rohr ont aussi lancé une ligne d'accessoires et de bagagerie. Côté distribution, présente dans 250 points de vente en France, la marque Faguo a pris ses quartiers chez le sélect Colette, au Printemps ou encore aux Galeries Lafayette.

Aujourd'hui, les deux fondateurs se sentent prêts à ouvrir une boutique en propre. "Nous avons une gamme suffisamment large pour accueillir une clientèle dans un magasin Faguo et lui faire connaître un esprit de marque global".

Le JDN est partenaire de l'édition 2013 du Grand prix des jeunes créateurs du commerce, un concours organisé par le géant de l'immobilier commercial Unibail-Rodamco. Ce dernier offrira au lauréat la possibilité d'ouvrir un magasin dans l'un de ses centres commerciaux. En prime, le groupe lui offrira les six premiers mois de loyer ainsi que la prise en charge du droit d'entrée.

Annonces Google