Sandblock lance une ICO à 8 millions d'euros pour sa plateforme d’échange de bons de fidélité

Grâce à la création d'une crypto-monnaie baptisée "SAT", les consommateurs pourront par exemple échanger leur bon Carrefour contre un bon Starbucks.

Je suis sûre qu’au cours des derniers mois, vous avez fait des achats au supermarché ou en ligne et que vous avez obtenu un bon de fidélité, un avoir ou une remise sur un de vos prochains achats. Peut-être que vous avez gardé précieusement ce sésame et que vous l’utiliserez bientôt. Mais comme la majorité des consommateurs, vous l’avez en réalité très probablement déjà perdu, oublié ou ne savez pas quoi en faire.

La carte de fidélité est morte !  

En moyenne, 45 milliards d’euros sont utilisés chaque année par les grands retailers pour acquérir de nouveaux clients. A ce premier marché, il faut ajouter les 200 milliards d’euros dépensés pour fidéliser les clients. Tous les nouveaux outils et artifices sont donc bons pour les marques en quête d’élargissement de leur clientèle.

Dans cet objectif, 50% des marques ont déjà digitalisé leurs cartes defidélité. Et cela avec succès : le taux de pénétration programmes de fidélité dans la GSA sont par exemple d’environ 66%. Mais les consommateurs cumulent les cartes de fidélité : rien qu’en France, 58% des consommateurs en ont entre 3 et 10. Et pourtant, 60% des "récompenses" allouées ne sont jamais utilisées !

Pourquoi ? Parce que ces valeurs sont souvent conditionnées, oubliées ou ne suscitent pas d’intérêt. Mais aussi souvent parce qu’elles sont limitées à des territoires (enseignes présentes que dans certaines localités). Pour résoudre ce problème, nous avons lancé Sandblock.

Réinventer la fidélité    

Sandblock est une plateforme d’échange de bons de fidélité. Vous avez un bon Casino, Domino Pizza, Amazon ou Starbucks ? Vous pouvez l’échanger avec un bon de la même valeur dans toutes les marques déployées sur la plateforme. Ainsi, vous échangerez votre bon de fidélité Carrefour contre un bon de fidélité Dunnes lorsque vous voyagerez à Dublin ou contre un bon Meidi-Ya à Tokyo. 

Symétriquement, pour les marques, c’est un nouveau marché qui s’ouvre. D’abord parce que la digitalisation des bons de fidélités permet de réduire les coûts des campagnes d’acquisition (par la distribution de bons digitaux) et d’adresser plus facilement les millenials. Mais surtout, parce qu’au-delà de leurs clients affinitaires ou traditionnels, l’échange de bons de fidélité permettra à toute une clientèle d’essayer de nouveaux produits à petit prix – sans aucun impact pour les distributeurs. Et parce que l’alignement des bons de fidélité sur un même modèle permettra la simplification des modèles comptables.

Co-construire la fidélité  

Sandblock est aussi une plateforme qui propose aux marques de coter leurs programmes de fidélité sur une crypto-monnaie : le "SAT". Pourquoi ? Pour faciliter l’échange entre les bons. Puisque tous les bons des marques déployées sur Sandblock seront des SAT à leurs couleurs, les consommateurs n’échangeront entre eux qu’une crypto-monnaie (bien sûr convertible en monnaie, mais avec des règles particulières automatisées par la blockchain). Pour valoriser l’ensemble des programmes de fidélité puisque plus il y aura de nombreuses marques déployées sur la plateforme, plus le "SAT" prendra de la valeur. Mais surtout parce que les détenteurs de "SAT" se verront conférer plusieurs autres pouvoirs.

Ainsi, la gouvernance de Sandblock se fera sous forme de coopérative participative. Et l’accès à ce modèle se fera proportionnellement à la détention de "SAT" (et donc de bons de fidélités toutes marques confondues). De la même manière, le "SAT" permettra d’accéder à des comptes premium permettant plusieurs fonctionnalités proposées par les marques (expériences exclusives, partenariats VIP...). Et surtout, pour le consommateur, le "SAT" permettra une reprise de la possession de leur données car les marques n’auront plus accès qu’à des données anonymisées dans une database décentralisée grâce à la technologie blockchain qui sous-tend la logique crypto-monétaire du "SAT".

Ce modèle, pour les marques comme pour les consommateurs, permet de faciliter certains mécanismes dont ceux des crédits à la consommation (la marque pouvant librement décider ou non d’implémenter cette solution) et les dons aux associations (le don comptable est réalisé par la marque – les utilisateurs choisissant grâce au "SAT", dans son utilisation comme outil de gouvernance, les ONG et associations bénéficiant des sommes reversées).

Le choix de l'ICO 

Pour en financer notre modèle, nous avons donc naturellement fait le choix d’une ICO(initial coin offering) ouverte au grand public le 16 mai 2018. Les futurs clients de toutes les marques qui seront demain déployées sur la plateforme peuvent ainsi contribuer à la création de celle-ci. Notre objectif est de lever 8 millions d’euros pour la création de ce projet : une goutte d’eau dans l’océan du marché de la fidélité.

Mais cette goutte d’eau va mettre le marché mondial de la fidélité en ébullition parce qu’en plus de la plateforme Sandblock, les outils déployés pour l’ICO démontrent que les consommateurs de demain seront fidèles avant tout aux marques audacieuses qui auront pris le tournant des logiques crypto-communautaires. Aujourd’hui, en effet, seules 5 marques sont déjà déployées sur Sandblock mais plus de 10 000 ambassadeurs de Sandblock animent notre levée de fonds (en particulier sur Telegram). Alors, à quand un champion français du retail sur Sandblock pour bénéficier d’un modèle, de sa manne en terme de clientèle et d’ambassadeurs ?

Annonces Google