GoCardless s'apprête à ouvrir un bureau en France

GoCardless s'apprête à ouvrir un bureau en France Trois ans après son lancement dans l'Hexagone, la fintech britannique qui facilite le prélèvement bancaire pour les entreprises revendique plus de 700 clients français.

Presque trois ans après son lancement dans l'Hexagone, la start-up GoCardless s'apprête à ouvrir un bureau à Paris. "Il sera dans le centre de Paris. Nous ne savons pas encore où exactement mais nous cherchons activement un lieu", assure Hiroki Takeuchi, CEO de la fintech qui facilite le prélèvement bancaire pour les entreprises.

Cette ouverture, qui devait voir lieu en 2017, a été repoussée pour deux raisons. D'une part, ce n'était plus une priorité pour le conseil d'administration, de l'autre le dirigeant a souhaité privilégier la prudence. "Nous voulions apprendre à connaître le marché, comprendre où on pouvait ajouter de la valeur et comment on pouvait aider les clients. Nous sommes enfin arrivés à ce stade en France. Il est donc temps de faire croître le business. Pour le faire, nous devons être encore plus proche de nos clients", indique le CEO.

"Nous tablons sur une croissance en France entre 100 et 150% d'une année à l'autre"

La société fondée en 2011 recrute donc actuellement une petite équipe, dont un country manager. "Nous voulons monter une 'scaling team', c'est-à-dire qu'elle dépendra des résultats de nos investissements. Au début, l'équipe comptera peut-être cinq personnes, et si le marché français devient aussi important que celui du Royaume-Uni, on fera grandir ce bureau", avance Hiroki Takeuchi. L'entreprise ne communique pas sur son chiffre d'affaires au Royaume-Uni, ni sur le CA global mais indique qu'elle a permis à ses 30 000 entreprises clientes de prélever 4,5 milliards de livres (5,08 milliards d'euros) en 2017.

Le patron de GoCarldless précise tabler "sur une croissance du chiffre d'affaires en France de 100 à 150% d'une année à l'autre. C'est ambitieux et cela va être difficile pour l'équipe d'atteindre ces objectifs, mais il y a une forte traction sur le marché français", affirme Hiroki Takeuchi.

Focus sur 2-3 secteurs d'activité

Depuis son lancement français en 2015, la société incubée par le célèbre Y Combinator a déjà conquis 700 clients dont 18 grands comptes. Parmi eux : Sowee d'EDF et Axa ou encore Doctolib. "Tout se passe bien. Nous croissons très vite malgré le peu d'investissements qu'on y a mis mais nous avons une petite équipe focalisée sur la France.". En ouvrant ce bureau parisien, GoCardless veut se concentrer sur deux ou trois secteurs. "On a déjà quelques idées des segments. L'énergie semble prometteuse car c'est un domaine dans lequel on est fort au Royaume-Uni. Mais aussi le secteur de la comptabilité et des services à la personne," explique Hiroki Takeuchi.

La fintech britannique s'est aussi associée à des éditeurs français qui permettent aux entreprises de connecter GoCardless à leurs logiciels. "Nous allons nous associer avec les logiciels de comptabilité EBP, RCA (éditeur de logiciels pour experts-comptables, ndlr), et Ibiza Software. Nous avons signé environ 10 partenariats de ce type au dernier trimestre 2017", indique Côme Trémeau, responsable développement de GoCardless. Côté banques, le résultat est moins probant. "On ne discute pas avec des banques françaises mais c'est dans la roadmap", assure Hiroki Takeuchi. 

Et aussi : 

Fintech

Annonces Google